Le stress des premiers cartons

par Lepoint2départ

Ça y est, l’étape qu’on redoutait est là : empaqueter 2 années de vie commune dans des cartons et mettre au placard notre quotidien pour une durée plus ou moins indéterminée. C’est à la fois l’étape la plus stressante mais aussi la plus excitante dans cette phase de transition. Stressante car il faut se détacher du matériel, vendre – souvent à perte -, défaire sa décoration intérieure, trier, ranger, jeter, donner, se libérer de toute pression matérielle. Excitante car elle est aussi l’étape vers la liberté, la légèreté, le nomadisme, le minimalisme. Entre angoisses et excitations, nous allons te donner quelques pistes pour tenir le cap à quelques mois du départ.

 

Rendre son logement : le début de la liberté, mais…

Forcément quand tu prends la décision de partir en tour du monde, tu te doutes que des changements il va y en avoir plein ! Mais l’étape des cartons peut sembler lointaine car elle arrive généralement dans les dernières semaines qui précèdent le départ. Si tu as lu notre article sur la genèse du projet et selon nous pourquoi faire un tour du monde, tu as dû noter qu’on a pris la décision de partir en tour du monde en juin 2018, pour un décollage prévu lui le 12 janvier 2020. Entre temps, pas mal de choses à lire, décortiquer, ficeler, pour préparer un minimum le projet et ne pas partir vers l’inconnue dans une totale improvisation. Nous habitions Paris et avions donc un préavis d’un mois à respecter en raison de la loi sur les zones tendues. Nous avions donc le loisir de donner notre préavis pas longtemps avant le décollage et de nous atteler ensuite aux cartons puis au déménagement. Mais comme tu le liras dans notre article sur le budget de notre tour du monde, chaque économie est bonne à prendre et nous avons donc décidé à la rentrée 2019 de quitter Paris plus tôt que prévu, mi-novembre plutôt que mi-décembre exactement, pour économiser nos quelques 1600 € de loyer et ainsi récupérer notre dépôt de garantie un peu plus tôt également. Tout ça pour dire que l’étape des cartons est arrivée un peu plus tôt que prévue, et qu’elle n’est pas la partie la plus fun du projet ne nous mentons pas.

 

Se détacher du matériel pour devenir minimalistes

Que ce soit Nicolas ou moi, nous ne sommes absolument pas matérialistes. Mais derrière le matériel il y a les souvenirs. Chaque objet a une histoire. Chaque meuble a un historique, une réflexion, une recherche, un moment de notre vie. C’est ça qui rend l’étape de la vente sur le marché de l’occasion délicate. Au fait de vendre souvent à perte sur des sites comme Leboncoin ou Vinted pour les vêtements, il faut ajouter que ce petit meuble sur lequel tu as tant travaillé va partir vers une autre maison, que ce PC sur lequel tu as créé tant de visuels va maintenant passer dans les mains de quelqu’un d’autre, que cette paire de sneakers sur laquelle tu avais craquer il y a plusieurs mois va maintenant trouver d’autres pieds, … il faut apprendre à se détacher du matériel et à relativiser. Ce qui peut aider c’est de te répéter en boucle que c’est pour la bonne cause, pour avoir encore plus d’économies donc encore plus de possibilités en voyage (durée, loisirs, petits plaisirs).

 

Faire ses cartons vers l’inconnue

C’est très paradoxal mais faire ses cartons n’aura jamais été aussi difficile que cette fois-ci. D’habitude tu fais tes cartons pour aller vers un autre logement. Ici nous les faisions pour aller vers l’inconnue. Certes nous avons choisi ce projet donc nous ne nous plaignons absolument pas. Mais c’est vrai que faire des cartons qu’on sait fermer pour 2 ans au minimum c’est un peu plus dur qu’on ne l’aurait imaginé. C’est avoir la preuve physique que le projet est bel et bien en train de se concrétiser, que cette fois on y est, qu’on ne peut plus reculer (même si l’idée ne nous a jamais traversé l’esprit) et que le départ est proche. C’est l’ultime étape de transition immanquable avant tout changement de vie. Du coup, on a fait ça en à peine deux semaines, sans trop réfléchir, juste trier et jeter ce qui devait l’être, donner ce qui pouvait encore servir et vendre certains objets. Maintenant que les cartons sont faits et stockés chez nos parents, on se concentre sur les derniers préparatifs et on se remet sur la partie logistique du projet, beaucoup plus inspirante que celle des cartons !

Tu devrais aussi lire

Laisse un commentaire

 

Lepoint2départ utilise des cookies pour vous garantir la plus jolie des expériences sur le site. Si vous souhaitez continuer à naviguer sur ce blog, vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus