Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

CHAPITRE 4

D'Anglet à Lacanau

0

26 juillet 2012

ANGLET

LACANAU

Ce matin, je débute l’étape 2 de mon périple. Je fais route vers Biscarrosse. La route est des plus agréables et traverse le Parc naturel régional des Landes de Gascogne. Moins de 2h de route plus tard, j’arrive à la nouvelle destination. Biscarrosse est une station balnéaire réputée, notamment pour ses spots de surf. Le soleil est à son zénith, si bien que je ne résiste pas longtemps à l’appel de la longue plage de sable fin de la ville. L’océan est à marée basse, si bien que l’eau est très loin de la zone de sable où j’entrepose mes affaires. J’hésite un peu avant de me lancer à l’eau. Depuis l’océan je n’aurai qu’une vue limitée sur mes affaires et pas le temps de revenir en cas de vol… angoisses quand tu nous tiens ! Je demande à une famille voisine de ma serviette de jeter un œil à mon sac à dos, renfermant surtout mon boîtier d’appareil photo et mes papiers d’identité, et me voilà à l’eau. Je pique une tête de bon matin, sautant dans les vagues comme un gamin. C’est d’ailleurs impressionnant de voir la taille que peuvent atteindre certaines vagues, formant de gros rouleaux avalant tout sur leur passage. Je barbote ainsi de longues minutes durant, l’eau est tempérée et l’océan pas vraiment pris d’assaut pour autant. Le ciel est assez voilé, ce qui doit expliquer l’affluence moindre du jour. Après ma baignade, je profite à nouveau d’une douche de plage pour me dessaler et faire ma toilette du jour. Avant que la foule n’envahisse la plage, il est déjà temps pour moi de reprendre la route.

Je fais route entre pins et fougères

Je fais route entre pins et fougères

La jolie plage étendue de Biscarrosse

La jolie plage étendue de Biscarrosse

Déjà du monde de bon matin sur la plage de Biscarrosse

Déjà du monde de bon matin sur la plage de Biscarrosse

A seulement une vingtaine de kilomètres de Biscarrosse, je me rends à présent à la Dune du Pilat. Je n’avais pas prévu d’y aller à la base mais la vue du panneau me l’indiquant sur ma route était trop tentant pour ne pas y aller. Et quelle bonne idée ! Visiblement, à l’arrivée, je ne suis pas le seul à l’avoir eu ! Une queue impressionnante de voitures s’agglutine dans le massif forestier des Landes, tentant d’approcher de la célèbre dune de sable fin. Il s’agit en effet de la plus haute d’une de sable d’Europe ! Je me gare le long de la forêt qui borde la dune et m’aventure au milieu des arbres. J’aperçois un escalier qui permet de faire l’ascension mais je choisis l’option la plus physique : gravir au sommet par le sable et uniquement par le sable. Autant te dire que l’ascension est hyper physique ! J’ai rapidement les cuisses en feu et les mollets qui brûlent ! Mais le spectacle est grandiose. Du sable à perte de vue, une impression de petitesse saisissante, une forêt de pins à perte de vue également, et l’humain qui disparaît petit à petit dans cette immensité naturelle. Une fois en haut, je contemple la vue. Et quelle vue ! La baie et le bassin d’Arcachon en parfaite harmonie. Les eaux de l’océan qui vont et viennent au gré des marées. Des petits bateaux côtiers qui circulent en contrebas. Des fermes ostréicoles installées dans les eaux basses. Le Banc d’Arguin et ses couleurs uniques rappelant les Caraïbes, un banc de sable blanc entourée d’eau translucide, qui peut se visiter depuis Arcachon. Des amateurs de parapentes qui s’en donnent à cœur joie avec les forts courants d’air qui offrent un cadre unique en son genre. Des kilomètres de sable amassées au fil des siècles, créant une crête sur laquelle tu peux marcher pendant des kilomètres. Je suis juste fasciné. Sans voix face à tant de majestuosité et de force brute. La nature dans tout ce qu’elle a de plus pur. A nous les hommes de veiller au respect et à la protection d’un tel site naturel et singulier s’il en est. Quelques minutes plus tard, un violent orage de chaleur vient rompre mon moment de recueillement. Je me presse à la hâte, dévalant à toute vitesse la pente abrupte de sable, m’enfonçant aussi jusqu’aux genoux à chaque enjambée, afin de regagner au plus vite ma voiture. Je suis trempé de la tête aux pieds, couvert à moitié de sable blanc, j’en ai partout, c’est une horreur. Pas le temps de m’apitoyer sur mon sort, j’embarque ainsi dans ma 206, prêt à reprendre la route en direction d’Arcachon.

Traversée de la forêt pour arriver à la Dune du Pilat

Traversée de la forêt pour arriver à la Dune du Pilat

Une immense dune de sable blanc

Une immense dune de sable blanc

La nature sauvage dans tout ce qu'elle a de plus beau

La nature sauvage dans tout ce qu’elle a de plus beau

Composition entre ciel, forêts de pins et dune de sable blanc

Composition entre ciel, forêts de pins et dune de sable blanc

Vue depuis le sommet de la Dune du Pilat

Vue depuis le sommet de la Dune du Pilat

L'océan au pied de la Dune du Pilat

L’océan au pied de la Dune du Pilat

Vue sur la Dune depuis l'autre côté

Vue sur la Dune depuis l’autre côté

Bien qu’Arcachon ne soit située qu’à une quinzaine de kilomètres de la Dune du Pilat, il me faut une bonne heure pour la rejoindre, le temps que le flot de voitures diminue. La ville est plutôt mignonne même si je me rends vite compte qu’il n’y a pas grand chose à voir. C’est avant tout une station balnéaire et c’est surtout sa plage et son front de mer qui valent le coup d’œil. Impossible de manquer la plage .. la célèbre jetée Thiers qui s’avance dans les eaux. Elle est notamment le point de départ pour les nombreux bateaux promenades pour la découverte des multiples richesses du Bassin d’Arcachon – comme le Banc d’Arguin visible au large de la Dune du Pilat – et des navettes proposant la traversée du Bassin. La jetée est encadrée par les drapeaux d’Arcachon qui flottent fièrement aux vents, formés de trois bandes verticales égales noire, blanche et jaune. La plage est sympathique mais surpeuplée et ne me donne pas du tout envie d’y poser ma serviette. Je fais à présent route vers Cap Ferret à une centaine de kilomètres de là.

Les drapeaux aux couleurs d'Arcachon

Les drapeaux aux couleurs d’Arcachon

Le front de mer d'Arcachon

Le front de mer d’Arcachon

La plage d'Arcachon

La plage d’Arcachon

Les petits bateaux sur les quais d'Arcachon

Les petits bateaux sur les quais d’Arcachon

Jolie vue depuis la plage d'Arcachon

Jolie vue depuis la plage d’Arcachon

La route est vraiment l’occasion de faire le tour du bassin d’Arcachon, en passant par les communes de La Teste-de-Buch, Biganos, Audenge, Lanton, Andernos-les-Bains, Arès, Lège-Cap-Ferret et sa pointe fermant le bassin : Cap Ferret. Ici la nature est préservée, et je traverse des dizaines de petits villages côtiers. Je m’enfonce toujours plus sur cette pointe jusqu’à arriver au bout : la Plage de la Pointe. C’est un peu comme une plage aux allures de fin du monde, sauvage, préservée, naturelle, loin de toute influence citadine. La vue est stupéfiante ! J’ai en face de moi la Dune du Pilat, avec un panorama inédit sur cette immense dune de sable fin et je mesure à quel point elle est immense. A ses pieds, le Banc d’Arguin et ses couleurs de Caraïbes. Enfin, l’océan Atlantique est là, statique, occupé par les petits bateaux de pêcheurs et les mouettes rieuses. Le soleil est en train de tomber sur le bassin d’Arcachon et le paysage qui s’offre à moi se passe de commentaire. C’est exactement cette quiétude face à la beauté pure de la nature que je suis venu chercher. Un sentiment de vide intense s’empare de moi, et il me reste assez de force pour avaler une boîte de conserve que j’avais pris dans mon petit sac à dos histoire de me repaitre tout en profitant du spectacle. Incroyable de réaliser qu’en France, on puisse avoir des plages de sable doré qui n’ont rien à envier à celles que l’on trouve à l’autre bout de la planète… et seulement à 1h de Bordeaux. J’attends patiemment que les derniers rayons de soleil lèchent l’océan avant de reprendre la route et chercher un spot pour la nuit. Je m’enfonce toujours plus dans la Gironde mais suis obligé de revenir sur mes pas puisque la pointe était l’extrémité de la presqu’île de Lège-Cap-Ferret, que je traverse à nouveau, avant de passer par Le Porge et de finir aux abords de l’Etang de Lacanau qui sera mon spot pour la soirée. Son côté naturel m’inspire et je m’installe donc au bord de l’eau. Dans la soirée un violent orage éclate, et je suis content d’être dans ma petite voiture plutôt que sous une tente.

Magnifique point de vue depuis la presqu’île de Lège-Cap-Ferret

Magnifique point de vue depuis la presqu’île de Lège-Cap-Ferret

Le soleil se couche sur le Phare du Cap-Ferret

Le soleil se couche sur le Phare du Cap-Ferret

Abords de l’Etang de Lacanau

Abords de l’Etang de Lacanau

Un spot plutôt sympa pour la nuit, n'est-ce pas ?

Un spot plutôt sympa pour la nuit, n’est-ce pas ?

 


Autres chapitres

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !