Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

CHAPITRE 30

De Saint-Jean-Cap-Ferrat à Nice

0

21 août 2012

SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

NICE

Après une courte nuit en raison de la chaleur, je reprends la route en direction de Nice. J’entame également ma dernière semaine de road trip et ne réalise qu’à moitié le chemin que j’ai déjà parcouru. C’est absolument dingue d’avoir traversé tant de paysages, vécu tant d’aventures, et tout ça en restant dans nos frontières ou à proximité. Cette route vers Nice est l’occasion de me faire un film best-of dans ma tête et j’arrive dans la ville sous le soleil, le sourire bien accroché aux lèvres. J’arrive à Nice par la fameuse promenade des Anglais, qui longe la côte dans une forme un peu arrondie et qui abrite les plus beaux hôtels de la ville. C’est l’un des spots les plus touristiques de la ville, je m’en rends vite compte vue l’affluence déjà grande en cette matinée. Aux pieds de la promenade, une longue plage de galets accueille déjà ses premiers occupants. Je passe maintenant devant le Jardin Albert 1er, le Palais de la Méditerranée avant de finir par l’hôtel chic Le Negresco. Je débute ma balade à pied par la célèbre Place Masséna, en plein cœur du centre-ville. La place est magnifique et entourée de bâtiments aux façades rouges. Au sol, un damier noir et blanc envahit la place et lui donne un caractère singulier. L’architecture de Nice est vraiment belle et toute la ville arbore les couleurs du soleil.

La place Masséna, l'une des plus jolies places de Nice

La place Masséna, l’une des plus jolies places de Nice

Une place toujours animée à toute heure de la journée

Une place toujours animée à toute heure de la journée

Une artiste de rue sur la Place Masséna

Une artiste de rue sur la Place Masséna

Un bel aperçu du charme de Nice

Un bel aperçu du charme de Nice

L'une des sept "figures", une oeuvre représentant les sept continents

L’une des sept « figures », une oeuvre représentant les sept continents

Une place qui se veut être le coeur niçois par excellence

Une place qui se veut être le coeur niçois par excellence

Direction le Vieux-Nice pour poursuivre ma visite

Direction le Vieux-Nice pour poursuivre ma visite

Je me dirige maintenant vers le Vieux-Nice, la partie la plus pittoresque et historique de la ville, en débutant par le Cours Saleya, la principale voie piétonne du Vieux-Nice. Autant te dire que je tombe immédiatement sous le charme : entre les ruelles ombragées, les vieilles façades avec leurs volets à persiennes, les petites boutiques, les places toutes plus mignonnes les unes que les autres ou encore ses bars et restaurants typiques, cette partie de Nice est assurément la plus attrayante. Les bâtiments colorés oscillent entre rouges, oranges et jaunes, tandis que les volets jouent la carte des couleurs de la Méditerranée. Bien que le quartier soit pris d’assaut par les touristes, j’arrive à me faufiler et à profiter de ce cadre enchanteur. Coup de cœur notamment pour la Place Rossetti, en plein cœur du quartier et qui concentre de nombreux restaurants, tandis que la Cathédrale Sainte-Réparate se tient fièrement aux abord de la place. Vue la chaleur écrasante qu’il fait, je ne résiste pas longtemps à l’appel d’une glace. Et quoi de mieux que le glacier Fenocchio, faisant figure de meilleur glacier de Nice, pour cela ? Installé depuis 1966 dans le Vieux-Nice, il propose plus de 90 parfums dans sa boutique, des plus classiques aux plus originaux : thym, romarin, violette, rose, tomate/basilic, lavande, huile d’olive, etc. Le résultat est délicieux et c’est assurément une adresse que je te recommande si tu passes à Nice. Et comme ce plaisir gourmand m’a ouvert l’appétit, je ne résiste pas quelques étales plus loin à découvrir la pissaladière, une autre spécialité niçoise, qu’on peut résumer à une tarte aux oignons avec des anchois. Un régal, pour une ville qui a su mettre du soleil dans ses recettes ! Histoire de digérer, je poursuis mon chemin sur la colline du Château, qui me permets de prendre de la hauteur sur la ville et donc d’avoir de très jolis points de vue sur la promenade des Anglais (aussi appelée « la Baie des Anges »), le quartier du Vieux-Nice, le port et les montagnes. D’ici, la Côte d’Azur affiche toutes ses magnifiques couleurs et ses nuances de bleus. Je peux te confier que c’est certainement l’une des plus belles vues de France et je reste là de longues minutes à admirer le panorama. Le Château est en réalité un parc situé sur cette colline qui surplombe le Vieux-Nice et qui doit son nom à une ancienne forteresse fortifiée. La balade vaut vraiment le coup et c’est depuis ce spot que tu pourras faire les plus belles photos.

Les façades au charme d'antan du Vieux-Nice

Les façades au charme d’antan du Vieux-Nice

Un véritable labyrinthe de couleurs

Un véritable labyrinthe de couleurs

De petites ruelles au charme certain

De petites ruelles au charme certain

La Cathédrale Sainte-Réparate du Vieux-Nice

La Cathédrale Sainte-Réparate du Vieux-Nice

La très jolie et animée Place Rossetti

La très jolie et animée Place Rossetti

Je profite du début de l’après-midi pour poser un peu ma serviette sur la Plage de Carras. Hélas, la plage est faite de galets et n’est pas vraiment confortable. J’étais plus à mon aise hier à la même heure à Villefranche-sur-Mer et Saint-Jean-Cap-Ferrat. Du coup, ma pause bronzage est de courte durée aujourd’hui et je reprends bien vite le chemin de la ville pour un dernier tour dans la vieille ville qui m’a tant tapé dans l’œil.

Vue sur la Baie des Anges

Vue sur la Baie des Anges

La promenade des Anglais longeant le bord de mer

La promenade des Anglais longeant le bord de mer

Petite pause sur la Plage de Carras

Petite pause sur la Plage de Carras

J’en profite pour passer devant Le Bar des Oiseaux et surtout Le Théâtre des Oiseaux crée en 1999 par l’humoriste Noëlle Perna, alias « Mado la Niçoise », une icône locale. Son spectacle est désopilant à souhait et je te le recommande chaudement. C’est l’âme du Vieux-Nice incarné dans un personnage désormais culte dans le paysage humoristique français.

Le Bar des Oiseaux tenu jadis par l'humoriste Noëlle Perna

Le Bar des Oiseaux tenu jadis par l’humoriste Noëlle Perna

Ce 21 août, un autre événement a lieu à Nice. L’avalanche d’affiches installées partout en ville ne tarde pas à confirmer l’information que j’ai entendu un peu plus tôt à la radio : Madonna, la reine de la pop, se produit dans la ville le soir même au Stade Charles-Ehrmann. Comme ce road trip est l’occasion de vivre au jour le jour et de me laisser aller à une totale liberté, je ne résiste pas longtemps à la tentation d’assister au MDNA Tour, que j’avais déjà découvert le 14 juillet au Stade de France à Paris. Il me suffit de me rendre aux abords du stade pour constater que des dizaines de revendeurs à la sauvette de places s’y trouvent également. En quelques minutes, je dégote une place à 25 € en pelouse, un petit prix pour ce genre de show. Je pénètre dans l’enceinte et me régale de passer la soirée avec une Madonna survoltée pour la dernière date de sa tournée en Europe. Même si je dois avouer que l’ambiance à Paris était meilleure ! Ce show donné sous les étoiles est l’occasion d’ajouter de beaux souvenirs à mon road trip, avant de regagner ma 206, passer la nuit sur la route de Cannes, et de clôturer par la même occasion cette 9ème étape.

 


Autres chapitres

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !