Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

CHAPITRE 25

De Chamonix-Mont-Blanc à Verbania (Italie)

0

16 août 2012

CHAMONIX-MONT-BLANC

VERBANIA (ITALIE)

La nuit fut courte car un gros orage a éclaté pendant la nuit. Je me réveille donc au petit matin, dans un épais brouillard, avec une température qui semble avoir encore chutée depuis la veille. Direction la gare de train de Chamonix-Mont-Blanc, située au 35 place de la Mer de Glace. Je prends le petit train rouge à crémaillère qui serpente le chemin de fer du Montenvers. En une vingtaine de minutes, et moyennant près de 30 euros, j’arrive à Montenvers pour aller découvrir la Mer de Glace à 1913 mètres d’altitude. Le trajet est l’occasion d’avoir de très jolis panoramas sur les monts alentours, hélas pour moi le brouillard a rendu la visibilité quasiment nulle ! A la sortie de la gare, j’emprunte le sentier pédestre pour me rendre au fameux glacier. Près de 400 marches sont nécessaires pour le rejoindre, toujours plus à mesure qu’il recule. Le glacier doit son nom à sa forme de grande coulée de glace, telle une mer qui se déverse dans la vallée. La couleur grisâtre témoigne des importants éboulements sur le secteur et le glacier est recouvert d’une épaisse couche de roches. Ajouté à cela des bâches de protection pour tenter de ralentir sa fonte. Des repères visuels permettent de constater à quel point le glacier a pu reculer ces dernières années, rapidement, irrémédiablement, victime directe du réchauffement climatique. En un siècle, le glacier a perdu 200 mètres d’épaisseur et plus de 2,5 kilomètres de longueur. Les photos visibles sur la toile avant/après témoignent de cette fonte rapide inquiétant les spécialistes. Je reviendrai dans quelques années comparer mes photos prises ici en 2012 et je pense que le comparatif sera sans appel tant la fonte semble rapide et inarrêtable. Le clou de la visite est la Grotte de Glace, percée directement dans le glacier. J’entre donc dans un tunnel couleur bleu ciel, avec des glaces lisses et polies. Les galeries forment une sorte de labyrinthe de glace, et des installations lumineuses permettent de créer une ambiance unique. Par endroit, on peut lire que certaines couches glacières ont 2000 ans d’âge ! Une grotte aussi éphémère que fragile, la glace fondant à vitesse grand V. On peut d’ailleurs voir et entendre les gouttes qui perlent en permanence. Je mesure ici à la fois la beauté de la nature mais aussi sa grande fragilité. Comme si cette grotte était le cœur du glacier et qu’on pouvait entendre son cœur battre. Je reste là de longues minutes, silencieux, contemplatif, tout petit, face à ce spectacle hors du temps, mais pourtant bien réel. Je fais l’ascension des marches dans l’autre sens et à mesure que je m’éloigne du glacier, le temps se lève un peu et me permet d’immortaliser une dernière fois la Mer de Glace et les nombreux touristes qui arrivent dessus. J’ai bien fait de venir au petit matin profiter du site ! Je regagne Chamonix-Mont-Blanc par le même train du matin, et grâce à une météo plus clémente, je peux enfin profiter du panorama. Une balade hyper prenante !

Gare du chemin de fer du Montenvers

Gare du chemin de fer du Montenvers

Le petit train qui mène à la Mer de Glace

Le petit train qui mène à la Mer de Glace

Paysage depuis les vitres du petit train

Paysage depuis les vitres du petit train

Arrivée à la Mer de Glace à 1913 mètres d’altitude

Arrivée à la Mer de Glace à 1913 mètres d’altitude

Un glacier qui ne cesse de reculer d'années en années...

Un glacier qui ne cesse de reculer d’années en années…

Aperçu de l'entrée de la Grotte de Glace en contrebas

Aperçu de l’entrée de la Grotte de Glace en contrebas

Un glacier plus très blanc en raison des éboulements de roche

Un glacier plus très blanc en raison des éboulements de roche

La Grotte de Glace, percée directement dans le glacier

La Grotte de Glace, percée directement dans le glacier

Entrée de la Grotte de Glace

Entrée de la Grotte de Glace

Un décor surréaliste dans la glace

Un décor surréaliste dans la glace

Des galeries éclairées permettent de progresser dans la glace

Des galeries éclairées permettent de progresser dans la glace

Peu de touristes à la fois pour ne pas fragiliser l'ensemble

Peu de touristes à la fois pour ne pas fragiliser l’ensemble

La glace est vraiment étourdissante de beauté

La glace est vraiment étourdissante de beauté

Sortie de la Grotte de Glace

Sortie de la Grotte de Glace

Le glacier fond à vue d'oeil, et ne cesse de perdre en masse...

Le glacier fond à vue d’oeil, et ne cesse de perdre en masse…

En début d’après-midi, et compte-tenu de l’amélioration de la météo, je décide de monter à l’Aiguille du Midi, culminant à 3842 mètres d’altitude. J’emprunte pour se faire un double périphérique, dont la gare se situe au 100 Place de l’Aiguille du Midi, et moyennant près de 50 euros ! Mais le trajet en vaut la chandelle. Pour atteindre le sommet, deux tronçons distincts sont traversés. Le premier va de la vallée de Chamonix à 1038 mètres jusqu’au Plan de l’Aiguille à 2317 mètres ; puis le deuxième tronçon monte jusqu’à l’Aiguille du Midi à 3777 mètres d’altitude. En tout une vingtaine de minutes sont nécessaires pour effectuer le trajet. À l’arrivée, une passerelle permet de gagner le piton central que l’on peut explorer via des galeries percées dans la roche. De là, j’emprunte un ascenseur qui me conduit vers le sommet, à 3842 mètres d’altitude, sur une grande terrasse panoramique. La vue à 360° est juste époustouflante et offre un panorama sur le massif du Mont-Blanc, la vallée de l’Arve en contrebas, ainsi que les principaux sommets environnants des Alpes, français, suisses et italiens. Grâce à l’ascension en téléphérique, je viens de dépasser la barrière des nuages, qui sont à présent sous mes pieds, pour avoir en face de moi un ciel bleu azur et des sommets blancs à perte de vue. L’oxygène se fait plus rare et je ressens vraiment les effets de la haute montagne. La température est elle aussi encore plus fraîche que dans la vallée de Chamonix. Mais quel incroyable spectacle ! Des randonneurs munis de crampons s’aventurent même sur les crêtes pour une randonnée de l’extrême. Le décor est irréel et maculé de blanc. J’avoue que le spectacle vaut chaque euro dépensé et laisse vraiment sans voix. Je ne lâche pas le Mont Blanc des yeux, tant il trône fièrement dans le paysage à 4809 mètres, faisant de lui le plus haut sommet d’Europe. Il est vrai qu’il a de quoi séduire ce mont !

Gare de Plan de l’Aiguille à 2317 mètres

Gare de Plan de l’Aiguille à 2317 mètres

Vue depuis l'Aiguille du Midi à 3777 mètres d’altitude

Vue depuis l’Aiguille du Midi à 3777 mètres d’altitude

Vue sur les plus hauts sommets des Alpes

Vue sur les plus hauts sommets des Alpes

La vallée en contrebas un peu maquée par les épais nuages

La vallée en contrebas un peu maquée par les épais nuages

Un silence prenant dans ce panorama de folie

Un silence prenant dans ce panorama de folie

Les alpinistes s'élancent le long des crêtes enneigées

Les alpinistes s’élancent le long des crêtes enneigées

Une randonnée dans un tél décor ça te tente ?

Une randonnée dans un tél décor ça te tente ?

Des sommets enneigés à perte de vue

Des sommets enneigés à perte de vue

Des alpinistes randonnent sur les crêtes

Des alpinistes randonnent sur les crêtes

Impossible de ne pas tomber amoureux du paysage !

Impossible de ne pas tomber amoureux du paysage !

Belvédère avec vue sur les plus hauts sommets des Alpes

Belvédère avec vue sur les plus hauts sommets des Alpes

La nature est magistrale et tellement belle ici

La nature est magistrale et tellement belle ici

Dernière photo pour immortaliser l'ensemble

Dernière photo pour immortaliser l’ensemble

Vue sur le Mont Blanc, point culminant de la chaîne des Alpes

Vue sur le Mont Blanc, point culminant de la chaîne des Alpes

Gros plan sur les alpinistes en plein action

Gros plan sur les alpinistes en plein action

Le rocher de l'Aiguille du Midi et ses différentes stations

Le rocher de l’Aiguille du Midi et ses différentes stations

Afin d’immortaliser le moment, je me fais prendre en photo devant ces sommets immenses, avant de regagner la gare de téléphérique et redescendre jusqu’au Plan de l’Aiguille à 2317 mètres. Depuis le refuge qui se trouve à l’arrivée, différents sentiers pédestres permettent de faire une balade aux alentours. J’emprunte l’un d’entre eux. Au bout de quelques minutes, j’arrive au bord du Lac Bleu. Un joli petit lac niché dans une cuvette au pied des Aiguilles de Chamonix. La couleur de l’eau est incroyable, d’un bleu profond à certains endroits, à un bleu turquoise sur les contours. Par contre niveau température, on est carrément sur une eau gelée, il n’aurait pas fallu tomber dedans ! Un petit lac de montagne paisible et semblant si pur. A nouveau, le panorama tout autour est magnifique. Je profite de ces minutes précieuses dans la nature pour faire le plein d’oxygène. Je réalise qu’il y a quelques heures seulement j’étais à Annecy dans un tout autre décor ; quelques jours avant en Normandie sur les plages du débarquement ; quelques jours avant encore au Bassin d’Arcachon ; et aujourd’hui devant les plus hauts sommets des Alpes, entre glaciers et neiges éternelles ! La France a décidément mille visages et je savoure ma chance de découvrir de cette manière mon pays. J’emprunte le deuxième téléphérique qui redescend dans la vallée, des images plein la tête, et des centaines de photos supplémentaires.

Il est l'heure de redescendre un peu plus bas !

Il est l’heure de redescendre un peu plus bas !

Au Plan de l'Aiguille, la neige a laissé place à la verdure

Au Plan de l’Aiguille, la neige a laissé place à la verdure

Balade au sommet dans ce décor préservé

Balade au sommet dans ce décor préservé

Aux abords d'un lac de montagne

Aux abords d’un lac de montagne

Le Lac Bleu est très frais, pas certain d'y tremper les pieds !

Le Lac Bleu est très frais, pas certain d’y tremper les pieds !

Le seul touriste croisé lors de ma balade !

Le seul touriste croisé lors de ma balade !

Il est temps de me remettre en route, et plutôt que de traverser le Parc national de la Vanoise, puis le Parc naturel régional du Queyras et enfin le Parc national du Mercantour pour rejoindre la Côte d’Azur française, je décide de faire un nouveau détour par la Suisse pour rejoindre l’Italie. L’idée est de rejoindre la côte italienne d’ici 2 jours et de revenir ensuite sur les côtes françaises. Ce road trip est l’occasion de sortir des sentiers battus et de m’accorder une totale liberté. Direction donc l’Italie en passant par les montagnes suisses, mettant à l’épreuve le radiateur de ma 206, régulièrement dans le rouge compte-tenu du dénivelé. Ça aurait été bête qu’elle me lâche en plein cœur de ces montagnes où il n’y avait absolument rien ni personne ! J’arrive en fin de journée dans la commune de Verbania, en Italie donc, et trouve refuge près du Lac Majeur (Lago Maggiore) – l’un des plus grands lacs de la région – pour la soirée. Une nuit plus que méritée après tant de sensations sur une seule journée !

Il est l'heure de reprendre la route dans un décor magique !

Il est l’heure de reprendre la route dans un décor magique !

Un tout petit village au coeur des montagnes suisses

Un tout petit village au coeur des montagnes suisses

 


Autres chapitres

Oh non… Ce formulaire n’existe pas. Retournez à la page pour gérer les formulaires et sélectionnez une formulaire différente.

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !