Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

CHAPITRE 16

De Étretat à Lille

0

7 août 2012

ÉTRETAT

LILLE

Ce matin je fais route vers le nord de la France pour aller visiter les villes de Calais et Dunkerque. Pour la première, j’avoue que je ne tombe pas vraiment sous le charme. A part l’Hôtel de de ville sur la place du Soldat inconnu, en brique rouge, et son beffroi magnifique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, je ne trouve en Calais rien de bien inspirant. Je poursuis tout de même mon chemin dans le Parc Saint-Pierre situé juste en face et abritant notamment l’œuvre « Les Bourgeois de Calais » signée Auguste Rodin, hommage au sacrifice de six hommes pour laisser la vie sauve à l’ensemble des habitants de Calais sur le point d’être conquise par les Anglais. A quelques pas de là, je termine mon tour de Calais par la place d’Armes où trônent fièrement la Tour du Guet et l’église Notre-Dame, deux des bâtiments les plus anciens de la ville. L’église est d’ailleurs intrigante car son clocher est installé au centre de l’édifice, une curiosité qui vaut donc le détour. La place est elle bordée de restaurants et de commerces, et me voilà déjà de retour sur la route.

La mairie de Calais et son beffroi magnifique

La mairie de Calais et son beffroi magnifique

Le Parc Saint-Pierre devant la mairie

Le Parc Saint-Pierre devant la mairie

Le Grand Théâtre de Calais

Le Grand Théâtre de Calais

J’enchaîne avec la visite de la ville voisine Dunkerque. Et là pour le coup je sèche un peu devant une ville que je trouve plutôt moche et sans grand intérêt. Hormis son grand port maritime qui témoigne de l’activité fluviale intense de la ville ; le navire Duchesse-Anne et sa coque en acier amarré au port ; le Musée Dunkerque 1940 Opération Dynamo qui témoigne du passé de ville martyre du temps de la Seconde Guerre Mondiale ; l’église Saint-Éloi restée debout malgré la guerre et présentant des impacts de balles sur sa façade ; le beffroi juste en face inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO ; ou encore le phare de Dunkerque qui domine le paysage, rien n’attire vraiment mon attention. La ville reconstruite après 1945 semble l’avoir été pour le geste, sans grande réflexion architecturale. La réputation qui colle à la peau de Dunkerque est donc fondée et je rejoins la majorité qui voit en elle une ville peu attrayante touristiquement parlant. Je termine mon tour de la ville par la plage de Malo-les-Bains qui redore un peu l’image que je m’en fais. Sur des kilomètres de sable, la plage est bordée par un front de mer charmant. Les villas aux styles éclectiques mais surtout art déco donnent à l’ensemble des allures de décor de cinéma. Les villas semblent être en carton mais sont bien réelles. Un élégant ensemble architectural pour la plus grande plage du nord, qui fait aussi le bonheur des surfeurs et des chars à voile, la plage ayant une grande prise aux vents.

Arrivée à Dunkerque, une ville à la mauvaise réputation !

Arrivée à Dunkerque, une ville à la mauvaise réputation !

Lanternes marines dans le port de plaisance de Dunkerque

Lanternes marines dans le port de plaisance de Dunkerque

En fin de journée, je me dirige cette fois vers une ville qui va sûrement te parler : Bergues, rendue célèbre par le film de l’humoriste Dany Boon « Bienvenue chez les Ch’tis », l’un des plus grand succès du cinéma français avec plus de 20 millions de spectateurs en salles. Le tournage s’est principalement tourné dans la ville de Bergues, avec le concours de ses habitants. Certains lieux de tournage sont devenus des endroits cultes : la poste (qui est en fait l’ancien local de Gaz de France), la maison de Mme Bailleul (où a été tournée notamment la fameuse scène du petit déjeuner au maroilles), le pipi dans le canal lors de la mémorable tournée du facteur, mais aussi et surtout le beffroi, déjà classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est même depuis reconnu dans le monde entier car il figure sur l’affiche du film. De nombreux visiteurs viennent toujours le visiter et il sert toujours d’horloge pour la commune avec l’heure sonnée grâce aux 50 cloches du carillon. L’édifice d’une cinquantaine de mètres de haut et fait de briques de sable jaune est immanquable dans le paysage. Il vaut définitivement le coup d’œil et je n’ai pas boudé mon plaisir de revivre un peu les scènes cultes du film en baroudeur dans cette jolie commune. Si tu veux aller plus loin et revivre le tournage de « Bienvenue chez les Ch’tis », saches qu’un « Ch’ti Tour » a été mis en place par l’Office du Tourisme, où un guide te fait revivre les coulisses du tournage et ses nombreuses anecdotes. Fin de la visite de la ville par l’Abbaye Saint-Winoc et sa tour carrée fort originale. Je termine ma journée sur la route de Lille, et cette étape, encore bien chargée mais toujours aussi riche en belle découverte. Bonne nuit !

Bergues rendue célèbre par le tournage de « Bienvenue chez les Ch’tis »

Bergues rendue célèbre par le tournage de « Bienvenue chez les Ch’tis »

Le beffroi de Bergues classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

Le beffroi de Bergues classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

L'Abbaye Saint-Winoc et sa tour carrée fort originale

L’Abbaye Saint-Winoc et sa tour carrée fort originale

 


Autres chapitres

Oh non… Ce formulaire n’existe pas. Retournez à la page pour gérer les formulaires et sélectionnez une formulaire différente.

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !