Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?
temps de lecture : 10 mn

CHAPITRE 14

De Deauville au Havre

0

5 août 2012

DEAUVILLE

LE HAVRE

Réveil en douceur avec les premiers rayons du soleil que déjà je reprends ma route en direction de Deauville. Une ville rendue célèbre par le cinéma français notamment et sa multitude de stars qui se sont succédées sur ses planches. La popularité de Deauville n’est pas nouvelle. La station balnéaire normande fait figure de destination pour des vacances de luxe depuis les années 1800. Elle attire la jet set et les amateurs de jeux avec son grand Casino situé sur le front de mer, ses parcours de golf, ses courses hippiques et son Festival du film américain. Les boutiques du centre-ville sont à l’image de la station : chics. Les grandes marques se bousculent à Deauville et attire une clientèle forcément aisée. Il n’est pas rare de voir des grosses berlines circuler dans les rues, ni même de croiser une clientèle avec les bras chargés de paquets des grandes maisons de couture. C’est plutôt pour sa grande plage de sable  que j’ai eu envie de venir à Deauville. Le front de mer laisse place à une immense plage, large de plusieurs kilomètres, bordée par Les Planches, une célèbre promenade en bois datant des années 1920 avec ses cabines de plage. Chacune des 450 cabines porte le nom des acteurs et réalisateurs ayant participé au Festival du film américain. Parmi les noms célèbres qui me sautent aux yeux : Élisabeth Taylor, Joséphine Baker, Coco Chanel, Nicole Kidman, Sylvester Stallone, Clint Eastwood, Tom Hanks, Harrison Ford, Steven Spielberg, Robert De Niro, etc. On se croiserait limite sur la Promenade de la Croisette à Cannes, et assurément le fait de marcher dans les pas des plus grandes stars du cinéma a quelque chose de poétique. Faisant face au front de mer, et caractérisant le centre-ville de Deauville, d’élégantes villas de style Belle Époque et des bâtiments à colombages ferment le paysage. La plage est très calme à cette heure matinale. J’ai l’impression de l’avoir rien que pour moi. D’ailleurs les parasols ne sont même pas encore ouverts. Emblématiques de Deauville, les parasols aux couleurs orange, rouge, bleue et verte selon les secteurs sont l’un des symboles de la ville. Noués avec le fameux nœud deauvillais qui assure leur maintien, ils n’attendent plus que les touristes pour s’ouvrir. En attendant, je m’installe à une terrasse de café faisant face à la plage et m’accorde une heure de lecture accompagnée d’un bon café chaud et d’un jus pressé.

Les célèbres parasols sur la plage de Deauville

Les célèbres parasols sur la plage de Deauville

Les Planches, une célèbre promenade en bois datant des années 1920

Les Planches, une célèbre promenade en bois datant des années 1920

Nom des acteurs et réalisateurs ayant participé au Festival du film américain

Nom des acteurs et réalisateurs ayant participé au Festival du film américain

Balade dans le centre-ville de Deauville

Balade dans le centre-ville de Deauville

Les plus grandes enseignes dans un quartier dédié au luxe

Les plus grandes enseignes dans un quartier dédié au luxe

Une ville au charme certain qui attire la jet set

Une ville au charme certain qui attire la jet set

A l’heure du déjeuner, je me rends à pied dans la ville voisine Trouville-sur-Mer. L’accès se fait très facilement par le Pont des Belges, qui permet de rejoindre l’un ou l’autre côté de la Touques. Le pont est aussi l’occasion d’avoir un très joli point de vue sur les deux villes se faisant face. Les bateaux de pêche rentrent au port, tandis que les mouettes virevoltent au-dessus des cales pleines de poissons. Des dizaines de bateaux sont amarrés dans le port. Au loin, je devine la grande plage de Trouville-sur-Mer, tandis que l’Église Notre-Dame-des-Victoires laisse dépasser son clocher. Je m’aventure sur le boulevard Fernand Moureaux qui longe la Touques. Restaurants, cafés, bars, boutiques de souvenirs et marchands de spécialités locales s’agglutinent le long de ce long boulevard. J’arrive maintenant dans un endroit incontournable qui me saute tout de suite aux yeux : le marché aux poissons. Des dizaines de poissonniers sont regroupés ici et proposent des étalages bien garnis de poissons frais et de crustacés. Une grande terrasse permet même de consommer les produits de la mer directement sur place, accompagnés d’un bon verre de vin blanc. Moules, huîtres, boulots, maquereaux, homards, soles, crevettes roses, couteaux, coquilles Saint-Jacques, aïoli maison, … il y en a pour tous les goûts et les étalages sont vraiment une invitation à la gourmandise. La pêche est évidemment ultra fraîche, venant directement des bateaux revenus plus tôt dans le port. A l’heure du déjeuner, il y a foule et l’ambiance du marché est vraiment unique. Tandis que certains savourent de bonnes huîtres fines, d’autres refont le monde. C’est vraiment un passage incontournable si tu te rends à Trouville-sur-Mer. A quelques pas du marché, j’arrive maintenant sur la longue plage de sable doré. Elle est encore plus grande que celle de Deauville et surtout me parait beaucoup plus sauvage. Elle s’étend sur des kilomètres, si bien qu’il est impossible d’en voir le bout ! Peu de monde à l’heure du déjeuner, du coup j’en profite pour me balader sur le sable en rêvassant. De magnifiques villas au style unique bordent la plage, toutes plus singulières les unes que les autres, plantées les pieds dans le sable et faisant face à la mer. Témoins de l’architecture balnéaire de la Belle Époque, je passe tour à tour devant l’éclectique villa Sidonia (1868) ; l’hôtel des Roches Noires au style néoclassique (1868) ; la Maison persane ou encore la villa Les Flots d’inspiration Renaissance (1875). Ces villas aux allures de manoir et d’hôtel particulier sont vraiment sublimes et donnent à la plage de Trouville-sur-Mer un caractère très particulier. Une promenade en bois bordée de cabanons de plage bleu ciel/blanc ferme le décor vraiment inspirant du tout. Je reviens maintenant sur mes pas pour faire un petit tour dans les ruelles adjacentes. La ville est pleine de charme, calme et beaucoup moins axée sur le luxe que sa consœur. Ma préférence va assurément à Trouville-sur-Mer, dont la simplicité mêlée à son style unique me séduit immédiatement.

Vue sur la ville voisine Trouville-sur-Mer

Vue sur la ville voisine Trouville-sur-Mer

Marché aux poissons de Trouville-sur-Mer

Marché aux poissons de Trouville-sur-Mer

Des crustacés de première fraîcheur

Des crustacés de première fraîcheur

Un choix vraiment impressionnant

Un choix vraiment impressionnant

La plage à marée basse de Trouville-sur-Mer

La plage à marée basse de Trouville-sur-Mer

Une plage sauvage bordée par des maisons de caractère

Une plage sauvage bordée par des maisons de caractère

Balade le long de la plage

Balade le long de la plage

L'eau à marée basse forme un miroir d'eau naturel

L’eau à marée basse forme un miroir d’eau naturel

Pause sur la plage baignée de soleil

Pause sur la plage baignée de soleil

Les planches de Trouville-sur-Mer

Les planches de Trouville-sur-Mer

Vue sur le Casino de Trouville-sur-Mer

Vue sur le Casino de Trouville-sur-Mer

Il est l’heure de reprendre le volant et je me dirige cette fois en direction de Honfleur. Mais hélas le temps se dégrade. La pluie tombe abondamment et j’arrive dans la ville portuaire sans possibilité de la visiter dans de bonnes conditions. Je décide donc de me rendre à ma prochaine destination, quitte à revenir sur mes pas dans quelques jours pour visiter Honfleur dont j’ai tant entendu parler ! Direction Le Havre, où mon amie Cécile m’attend pour me faire découvrir sa ville. J’emprunte le magnifique Pont de Normandie sur ma route, un ouvrage à haubans suspendu de près de 2 kilomètres, enjambant la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine et reliant Le Havre, au niveau de la commune de Sandouville, à Honfleur. La pente du pont est impressionnante et étudiée pour laisser passer les navires. Un ouvrage singulier qui permet de gagner du temps. J’arrive au Havre en fin de journée et la soirée sera dédiée au repos après une journée bien remplie à nouveau. Je profite aussi de cette nuit au chaud pour prendre une bonne douche chaude, fait rare durant ce road trip, puis nous sortons dans un petit restaurant du coin avant de nous plonger dans une nuit réparatrice.

 


Autres chapitres

Oh non… Ce formulaire n’existe pas. Retournez à la page pour gérer les formulaires et sélectionnez une formulaire différente.

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !