Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?
temps de lecture : 10 mn

LA FIN DU DÉSERT ✈️

Vers de nouvelles perspectives

1

NON, nous ne repartons pas en tour du monde. En tous cas pas dans la forme initialement prévue et tant rêvée. Nous n’avons pas vraiment pris le temps de t’expliquer par quelles phases nous sommes passés ces derniers mois et quelles décisions nous avons dû prendre pour le futur. A travers cette nouvelle réflexion, nous allons t’en dire plus sur nos nouvelles perspectives, alors que nous nous apprêtons ENFIN à reprendre les voyages hors de France après 18 mois d’arrêt forcé. Direction l’Équateur 🇪🇨 dès dimanche pour une durée indéterminée ! Enfin la fin du désert ?

Les deux années qui viennent de s’écouler ont été particulièrement difficiles. Nous avons tous vécus la même chose… inutile de revenir dessus ! Différentes phases qui ont laissé des séquelles psychologiques. Et en même temps nous n’avions pas envie de nous plaindre sur les réseaux sociaux car la situation était déjà assez anxiogène pour tout le monde et surtout il y a toujours pire ou plus grave ailleurs. Nous avons trop de respect pour toi, chère communauté, pour en rajouter avec nos états d’âme et nos sautes d’humeur. Mais cet arrêt brutal, qui a duré, duré, duré… nous a plongé dans une inertie qui ne nous est guère familière. Surtout après avoir goûté au rythme de vie frénétique parisien et au bonheur de voyager en sac à dos ! Mais pour espérer repartir un jour vivre nos rêves nous devions également continuer à serrer un peu la vis et osciller entre lâcher-prise et objectifs de vie sur le long terme. Pas évident quand tu sors de confinements à répétition…

Alors que nous avions tout plaqué fin 2019 pour partir 24 mois en tour du monde, nous aurons seulement pu vivre 3 semaines d’aventure au Sri Lanka, avant que Julien ne se blesse et qu’on soit rapatrié en France, pile un mois après avoir dit au revoir à tout le monde. Puis pandémie mondiale de la COVID-19, confinement, rééducation par visio, déconfinement, road trip en France durant 3 mois en 4L, reconfinement, déménagement temporaire dans le sud de la France, re-reconfinement, couvre-feux, restrictions et un nouveau « burn out » qui pointait gentiment son nez chez moi (Julien).

Le road trip en 4L fut vraiment salvateur. Nous fûmes sur la route de juillet à octobre 2020. Repartir sur la route, retrouver le goût de l’aventure, rouler uniquement sur des routes de campagne, profiter à fond de la nature, dormir dans une tente, expérimenter la vie de nomade, vivre intensément chaque journée, parcourir 13000 km en 3 mois, découvrir 64 « Plus Beaux Villages de France », profiter, contempler, vivre tout simplement. Ce fut l’occasion de (re)découvrir notre pays et d’en (re)tomber amoureux. Un véritable choc de nous rendre compte que nous étions sur le point de faire un tour du monde de 24 pays et de connaître aussi mal le nôtre. Ce fut l’un des points positifs de cette crise : monter un projet original, avec un véhicule emblématique français, que nous n’aurions sans doute jamais fait si la pandémie n’avait pas contraint l’ensemble des voyageurs à voyager chez eux ! 3 mois de liberté totale entre 2 confinements que nous avons savouré chaque seconde. Le sens du voyage était prégnant et nous mesurions à chaque km la chance qu’était la nôtre de pouvoir vivre cette aventure de manière aussi simple. Puis c’est à la toute fin de cette aventure que nous avons rencontré notre futur colloc – Léo – qui a accepté de nous loger en 2021 contre la seule idée d’une entraide mutuelle. Qui fait ce genre de gestes aujourd’hui si ce n’est lui ?

Nicolas en a profité pour développer son activité de masseur bien-être ces derniers mois. Une véritable révélation pour lui ! Un moyen de relaxer les autres avec des gestes qu’il a appris au travers de nos propres voyages. Un don qui correspond tellement à sa personnalité… Qu’est-ce que je suis fier de lui et heureux de le voir revenir de chaque massage le sourire aux lèvres. Il a trouvé sa nouvelle voie qu’il compte bien développer et expérimenter sur le long terme. Nos futurs départs seront un terreau fertile d’apprentissage et nos retours un moyen pour lui de lancer de nouvelles offres pour mettre à profit les techniques qu’il aura appris au fil du temps. Nicolas se rêve même en masseur itinérant pour le jour où nous serons prêts à nous ancrer quelque part. Le monde est si grand qu’il a un champ de possibilités devant lui. Et moi derrière pour le soutenir à 2000% dans tous ses choix !

Malgré toutes ces avancées positives, je vivais globalement très mal cette situation sanitaire et ne rêvais que d’une chose : repartir dès que possible et vivre enfin la liberté pour laquelle nous avions tant sacrifié de 2018 à 2019. C’est très dur quand tu touches du doigt un rêve de gosse de le voir s’arrêter brutalement. Alors en mai dernier, je suis parti me réparer. Je n’en ai jamais parlé publiquement avant aujourd’hui. Par pudeur. Par envie de couper. Par humilité. Par souhait de ne pas m’en gargariser sur les réseaux sociaux. Parce que je le faisais pour moi et que je ne voulais pas le partager. Et aussi car nous sommes loin de partager tout ce que nous vivons sur les réseaux sociaux ! Mais j’ai marché pendant 32 jours en solo sur les chemins de Compostelle, soit 750 kilomètres totalement coupé de la réalité. Cette retraite spirituelle m’a fait beaucoup de bien et m’a aidé – entre autres – à faire une croix sur notre tour du monde tel qu’il était dessiné au départ. Mais assurément pas une croix sur les voyages, ça non, JAMAIS ! Je crois que j’avais aussi besoin de me tester physiquement après mon accident au Sri Lanka. J’étais affecté plus que je ne le pensais psychologiquement. J’avais besoin de me prouver que j’étais encore capable de tenir le choc. De tester mon pied. De me réapproprier mon corps. L’exercice fut physique mais vital pour reprendre le contrôle sur mon mental. Je sais désormais qu’en cas de besoin j’ai 750 km supplémentaires qui m’attendent pour atteindre Santiago en Espagne et que je n’attendrai plus aussi longtemps pour prendre soin de ma santé mentale. Puis marcher 7 à 8 heures par jour en solo ça laisse énormément de temps pour l’introspection. J’ai pleuré, beaucoup pleuré, rigolé, beaucoup rigolé aussi, hurlé parfois. Mais j’ai eu les réponses que j’étais venu chercher. J’ai enfin compris à quel point découvrir et voyager font partie de mon équilibre viscéral. Mais comment faire en temps de pandémie mondiale ?

Techniquement : faire ce tour du monde de l’Asie à l’Amérique du Sud sur 2 ans n’est de toute façon pas possible à ce jour tant les frontières de la majorité des pays concernés sont encore fermées. Mais dans le même temps, nous sentions que nous ne pourrions pas restés ainsi, dans l’inertie, encore très longtemps !

Nous avons tout imaginé pour l’avenir : devenir propriétaires d’une maison à retaper, faire construire une tiny house, acheter un terrain, acheter un van, partir à Marrakech sur les traces de notre rencontre… pour finalement tout annuler ! A chaque fois la même conclusion : nous ne sommes pas prêts à nous ancrer à nouveau en France dans des projets qui demandent du temps et de l’inertie. Nous avons la bougeotte et voulons vraiment être nomades à durée indéterminée. Toutes ces pistes convergeaient vers la même conclusion. Alors nous avons accepté de tout mettre en stand by de nouveau pour un unique but : voyager.

Nous nous sommes donc fait vacciner par choix en juin, dès que ce fut possible pour les trentenaires, et avons lorgné tous les jours les cartes du monde en espérant y voir un peu de vert. Nous ne serions pas repartis avant de recevoir nos injections. Nous ne serions pas plus repartis à tout prix dans n’importe quel pays si la situation sanitaire n’y était pas stable. Mais à un moment donné il faut que la vie reprenne. Il faut que de nouveaux projets naissent. Il faut des perspectives pour avancer. Nous ne sommes pas faits pour l’attente. Nous aimons l’action. Et nous continuerons toujours de faire de nos rêves notre réalité, quels que soient les sacrifices qu’il faille faire pour y arriver.

Alors, après 18 mois à attendre que la pandémie soit dernière nous, il a fallu nous rendre à l’évidence : le virus sera encore là pour de nombreux mois. Un soir, sur un coup de tête, et sûrement dans une pulsion de folie, nous avons pris un aller simple. Une simple petite action qui est venue mettre un ÉNORME baume à nos cœurs en peine ! Nous partons donc en Équateur dès dimanche pour une durée indéterminée. Un aller simple vers une nouvelle aventure à deux, plus forts que jamais et toujours aussi heureux d’aller vers de nouvelles leçons de vie. Nous partons légers, avec un sac à dos de 30 litres chacun, le strict minimum à l’intérieur. Cette fois, pas de superflu, pas de matériel multimédia, à peine 5 kg à porter sur le dos contre 25 au Sri Lanka !

Parce qu’on a qu’une vie et surtout parce qu’on a tant axé nos vies vers cette liberté de mouvements, nous sommes hyper heureux de reprendre l’avion vers une destination inconnue qui n’était même pas prévue dans notre tour du monde initial. Alors à la question de savoir si on repart en tour du monde, la réponse est NON. Par contre nous comptons passer une bonne partie de notre vie à voyager et nous battrons toujours pour garder cette liberté. Donc OUI à la fin de notre vie nous devrions avoir fait le « tour du monde ». Et c’est déjà un fait de privilégiés de pouvoir avoir ce genre de rêves, ne n’oublions pas.

Voyager lentement est la clef. Donc nous comptons partir moins souvent, plus longtemps, afin de vivre encore plus intensément chaque départ. Nous repasserons par la France quand l’envie se fera sentir. Afin de voir nos familles et nos amis. Afin de nous reposer. Afin de digérer nos aventures aussi. Pour mieux repartir l’esprit léger et le corps ressourcé. 

Après tout la vie est ce qu’on en fait ! Alors quels sont tes projets pour le futur ?

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Passionné de voyages depuis l'enfance, je ne cesse d'apprendre en voyageant, de me remettre en question sur mon comportement et aujourd'hui j'ai envie de te transmettre toutes mes clefs !