Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?
temps de lecture : 5 mn

Chapitre 5

Mirissa

0 Hypnotisés par le regard profond de ce pêcheur

17 janvier 2020

MIRISSA

C’est sous une chaleur écrasante que démarre une nouvelle journée. Après deux cafés, direction une plage nommée Secret Beach, plus vraiment secrète. L’accès se fait via un sentier montagneux et parfois escarpé. A l’arrivée, une jolie petite crique bordée par les rochers. L’accès à l’eau est difficile en raison des nombreux rochers et des oursins jonchant les fonds. Nicolas a eu une mauvaise expérience avec ces bestioles en République dominicaine, ses pieds s’en souviennent encore ! Nous barbotons plus que nous nous baignons, mais le cadre est calme et propice à la détente. Vient rompre le silence un groupe de français, hélas reconnaissables de loin. Tandis que l’une râle parce que l’accès à la crique n’est pas simple, une autre s’insurge de devoir se baigner et devoir continuer sa journée avec le corps recouvert de sel. Il est vraiment triste de constater que partout où on aille dans le monde, les seuls qui se plaignent tout le temps sont les français. Plutôt que de profiter du cadre et de justement lâcher du lest, non il faut toujours que ça râle ! Partir à l’étranger est justement l’occasion de laisser ses codes de côté, lâcher-prise et se permettre des choses qu’en temps normal on ne s’autoriserait pas. Enfin, heureusement tout le monde n’est pas à mettre dans le même panier mais qu’est-ce que c’est triste de faire le constat que bien souvent la mentalité française n’est pas la meilleure. Retour à Mirissa Beach pour profiter de la fin de la matinée. Les eaux affichent toutes leurs nuances de turquoise et les rouleaux sont impressionnants. Le vent attise l’océan et peu de surfeurs s’aventurent aujourd’hui dans les eaux. Nous profitons du cadre, allongés sur nos serviettes, en réalisant la chance que nous avons d’être là. Des mois de travail intense enfin récompensés. C’est aussi ça un tour du monde : prendre le temps, parler aux locaux, sortir des sentiers battus, ne rien faire de spécial par moments, ne pas chercher LE spot touristique à tout prix, contempler, observer, prendre le temps de vivre tout simplement. C’est très différent de vacances sur 15 jours ou 3 semaines où, naturellement, on aurait tous envie de cavaler pour voir un maximum de choses. On est pas du tout dans ce mood, on préfère s’économiser un maximum, car, tels de vrais marathoniens, nous avons 24 mois (sur le papier) à tenir physiquement devant nous. Mirissa est incontestablement un spot propice à la détente et nous lui faisons honneur. L’après-midi, nous sortons des sentiers battus en direction d’un temple perdu sur les hauteurs. Pas un chat, pas un bruit. Seuls quelques ouvriers papotent dans une aile du temple. On nous autorise à entrer à l’extérieur du site. Quelques pagodes se dressent fièrement devant nous. Des restes d’offrandes jonchent les tables entreposées autour. Un bonze (nom donné au prêtre de la religion bouddhique) arrive et nous propose de nous faire la visite intérieure cette fois. Un énorme buddha allongé occupe la pièce centrale. Tout autour, des peintures faites à la main avec des couleurs naturelles. Le temple est en cours de rénovation. Le bonze nous explique que les pratiquants viennent plusieurs fois par jour au temple. Des offrandes sont faites au saint : eau, nourriture, fleurs, thé spécial, huile de coco, encens. Les dons d’argent sont eux destinés à aider aux rénovations du temple. La visite ne dure qu’une poignée de minutes mais nous en apprenons un peu plus sur la religion bouddhiste, et ce n’est pas pour nous déplaire. De retour au centre de Mirissa, nous croisons des tuk-tuks « boulangerie », reconnaissables avec leur sirène un brin kitch, mais efficace. On se retourne sur leur passage. Pain, chaussons, friands, c’est un vrai petit commerce ambulant sur roue. La chaleur est intense, nos corps passent du blanc au rouge en quelques jours. On a beau mettre de la protection solaire indice 50, on prend littéralement des couleurs. Nos corps n’étaient pas prêts mais ils vont s’y faire ! Du coup, nous nous réfugions dans un café réfrigéré pour travailler sur notre blog, retoucher nos photos et préparer la suite de nos aventures.

BUDJET DÉPENSÉ31,74 € sur un budget prévu de 60 €.

Matinée à “Secret Beach”, une très jolie crique plus si secrète !

Matinée à “Secret Beach”, une très jolie crique plus si secrète !

Les pêcheurs en train de réparer leurs filets

Les pêcheurs en train de réparer leurs filets

Hypnotisés par le regard profond de ce pêcheur

Hypnotisés par le regard profond de ce pêcheur

Un bonze bouddhiste nous fait une visite privée de son temple

Un bonze bouddhiste nous fait une visite privée de son temple

 


Autres chapitres

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !