Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?
temps de lecture : 10 mn

Chapitre 15

Ella

0 Le pont “Nine Arch Bridge”, rendu célèbre par Instagram

27 janvier 2020

ELLA

Une nouvelle journée démarre. Et avec elle une petite balade matinale improvisée. Notre hôte nous invite à le suivre à travers les plantations de thé et la forêt dense et nous atterrissons directement sur la voie ferrée. Les rails s’enfoncent dans une jungle luxuriante à souhait. Nous avançons avec prudence au cas où un train viendrait à circuler. Direction le pont « Nine Arch Bridge », rendu célèbre par Instagram. Il s’agit d’un pont effectuant une courbe, supporté par 9 arches (d’où son nom), entouré de vert. Le cadre est majestueux et forcément « instagramable ». Mais le pont est aussi victime de sa popularité. On comprend mieux l’engouement pour Ella. Ici, énormément de touristes viennent se prendre en photo. Les influenceurs ont rendu le site célèbre avec leurs photos surfaites. Depuis que les utilisateurs d’Instagram se sont emparés du spot, le pont connaît une popularité grandissante et frôle la surfréquentation. Difficile donc de photographier l’édifice sans avoir un certain nombre de personnes sur la photo. Encore plus quand un train s’aventure sur le pont, où la frénésie frôle la folie… En témoignent les fameuses photos Instagram, les touristes en place dans les plantations alentours pour tenter d’obtenir le cliché parfait. Nous profitons simplement de la beauté du pont, authentique et unique, et continuons notre balade pour nous éloigner de la masse de touristes. Il est vraiment plaisant de pouvoir se balader directement sur les voies ferrées et le faire avec un sentiment inconscient de transgression pour nous autres européens. La prudence est par contre de mise, évidemment. Le cadre est magnifique. Ce ne sont pas de simples rails posés au sol. La nature ajoute ce degré d’enchantement qu’on ne retrouve que dans les paysages sauvages du Sri Lanka. Nous prenons maintenant un tuk-tuk en direction du sommet « Ella Rock ». Une montagne culminant à 1041 mètres. Le bolide serpente pendant 4 kilomètres, avant de nous déposer à la gare ferroviaire de Kithalella. Nous devons à nouveau emprunter la voie ferrée pour rejoindre le point de départ de la randonnée. Cette fois, le train circule et nous devons nous écarter à son passage. Le train nous frôle, la sensation est frissonnante. La situation plutôt dangereuse quand on y repense ! Ça y est, nous sommes au départ de la randonnée. Nous vérifions le sentier à emprunter sur l’application Maps.me, hyper pratique en voyage car elle te donne les cartes hors connexion et te calcule tes itinéraires pédestres notamment. Le sentier forme une boucle. Nous débutons par la droite. La première partie de la randonnée est tranquille et plate. Nous suivons un petit sentier qui passe le long des champs fermiers. Petit à petit, le chemin se rétrécit et nous arrivons dans des habitations. Les panneaux d’indication se font plus rares. Force est de constater que nous nous sommes un peu perdus. Un sri lankais nous repère et nous fait signe d’approcher. Il ne parle pas un mot d’anglais mais comprend qu’on veut aller à « Ella Rock ». Nous le suivons. Il emprunte un chemin de traverse. Le dénivelé est important. Nous avons du mal à le suivre. Nous n’en pouvons plus. A mesure que nous grimpons, nous nous éloignons du chemin principal, comme le confirme Maps.me. Notre guide a-t-il bien compris où nous voulions aller ? Finalement, nous le remercions et préférons revenir un peu sur nos pas pour récupérer le chemin principal. Il est moins escarpé. A 500 mètres de l’arrivée, nous arrivons à un belvédère. La vue est superbe. Le panorama est impressionnant. Un vendeur de noix de coco est installé juste-là, au bon endroit, au bon moment. Nous ne résistons pas au plaisir de nous délecter d’une jeune coco. C’est rafraîchissant et parfait avant le dernier effort à fournir. Les derniers mètres sont clairement ardus. Le dénivelé est important et le chemin très accidenté. A la fin, nous passons carrément sur le flanc de montagne, sans chemin particulier à suivre. 300 mètres, 200 mètres, et nous voici enfin au sommet, après une bonne heure de marche. La vue est dégagée et surplombe toute la vallée. Nous ne résistons pas au plaisir de prendre un nouveau jus de fruits pressés. Ici, les fruits exotiques sont tellement peu chers qu’il est tentant de céder à ce petit plaisir. Ce sera fruits de la passion pour cette fois, cela nous changera des jus de banane que nous consommons quasiment tous les jours. Juste le temps de finir nos verres que nous amorçons la descente. Et là arrive le moment le plus « cute » de ce début de voyage ! Un jeune chien, semblant perdu, a commencé à nous suivre. Nous pensons sur le coup qu’il ne va faire qu’un bout de chemin avec nous. Penses-tu ! Il a fait l’intégralité de la descente à nos côtés. Quand nous nous arrêtons, il s’arrête. Quand nous changeons de direction, il presse le pas. Il semble assoiffé. Nicolas lui donne un peu d’eau de sa gourde. Il reste à nos côtés pendant les 45 minutes de descente. Nous le prénommons « Stutiyi », « merci » en cingalais, en signe de remerciement de nous avoir aidé à oublier l’effort physique. Mais nous finissons par retomber sur les rails et là un gros dilemme se présente à nous : que faire de ce chien clairement perdu ? Un train passe, nous nous écartons, tandis que Stutiyi se réfugie dans les herbes hautes. De retour à la gare de Kithalella, le chien finit par repartir dans la direction opposée, sans même se retourner sur nous, nous laissant ainsi, seuls, mais nous évitant un cruel dilemme. Nous poursuivons notre route via les rails. Nous y prenons goût. Il n’y a que 3,5 kilomètres qui séparent Kithalella et Ella. La balade dans ce cadre est agréable, incontestablement. Des vendeurs ambulants sont installés tout le long du parcours, ayant flairé l’opportunité de faire des affaires avec les touristes. Nous sommes néanmoins seuls au monde. Nous ne croisons que de rares sri lankais et quelques vaches qui avalent toute l’herbe fraîche qu’elles peuvent trouver. Nous mettons une petite heure pour retrouver Ella et sa frénésie. Finalement, autant Ella et son centre plus du tout authentique ne nous a guère emballé, autant les alentours avec les rails, les petits sentiers pédestres et « Ella Rock » nous ont beaucoup plu. Comme quoi, il faut toujours sortir des sentiers battus et ne pas avoir peur de s’écarter des ambiances trop touristiques pour vivre de vraies expériences. En fin de journée, nous nous délectons de deux bières fraîches bien méritées, avant de retourner dans le petit restaurant sri lankais qui aura été notre QG ces deux derniers jours. Nous aurons mangé 3 fois au « City Café Ella » au total et goûté à la majorité des plats sri lankais proposés sur la carte. Nous y rencontrons même en ce dernier soir deux françaises fort sympathiques, dont l’une des deux nous reconnaît car elle nous suit sur Instagram. Il est toujours très intimidant pour nous qui sommes tout petit sur ce réseau social de nous faire reconnaître, encore plus à l’autre bout du monde. On profite de ce moment pour faire connaissance, parler de Paris, parler de la France, parler de notre mentalité de râleurs en comparaison avec ce que vivent d’autres pays, parler de nos prochains voyages et avançons l’idée que peut-être nous nous recroiserons un jour quelque part. Le monde est grand et si petit à la fois. La preuve avec cette rencontre. Il est à présent l’heure de refaire nos sacs et de nous coucher. Le réveil est réglé sur 5h, ça risque de piquer un peu. Demain cap sur Kandy en train, en empruntant donc l’une des plus belles voies ferrées du pays paraît-il.

BUDJET DÉPENSÉ — 39,50 € sur un budget prévu de 60 €.

Balade sur la voie ferrée

Balade sur la voie ferrée

Julien découvre une vache au bord de la voie ferrée

Julien découvre une vache au bord de la voie ferrée

Le pont “Nine Arch Bridge”, rendu célèbre par Instagram

Le pont “Nine Arch Bridge”, rendu célèbre par Instagram

Début de la randonnée à “Ella Rock”

Début de la randonnée à “Ella Rock »

Julien ne s’attend pas à la difficulté de la suite de la randonnée !

Julien ne s’attend pas à la difficulté de la suite de la randonnée !

La jolie vue à mi-chemin

La jolie vue à mi-chemin

Stand de jus de fruits frais au bord de la voie ferrée

Stand de jus de fruits frais au bord de la voie ferrée

Un sri lankais contemple la vue

Un sri lankais contemple la vue

Fin de journée et retour en ville par la voie ferrée

Fin de journée et retour en ville par la voie ferrée

 


Autres chapitres

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !