Newsletter
    Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?
temps de lecture : 12 mn

Chapitre 16

De Ella à Dambulla

0 La folie Instagram commence à se calmer…

28 janvier 2020

ELLA

KANDY

DAMBULLA

5h, le réveil sonne. Aïe, ça pique. On se réveille avec le sentiment de ne pas avoir assez dormi. Mais le train qui part dans quelques minutes pour Kandy ne va pas nous attendre. Nous nous mettons donc en route, bercés par le jour qui se lève tout juste. A la gare, il y a déjà foule. Une queue se dresse devant nous. Nous ne sommes pas les seuls à vouloir faire l’expérience de ce train tellement promu sur les réseaux sociaux. Nous prenons un ticket pour rejoindre Kandy, la capitale historique du pays. Il nous en coûte 175 Rs chacun en 3ème classe, soit 0,90 €. 6h45, le train démarre. Le défilé de mode aussi ! A peine le train avait-il démarré que des têtes et des jambes se sont mises à sortir des wagons. Et alors on ne te parle même pas des virages. La scène tient du ridicule. Vouloir faire une jolie photo dans ce sublime décor en sortant un peu la tête et dans une position naturelle ? Pourquoi pas ! Mais se pencher entièrement, le corps dans le vide, la jambe tendue, la bouche version « duck face », les cheveux aux vents, le regard lubrique, la poitrine galbée, ça devient vraiment n’importe quoi. Le plus choquant pour nous est le malaise dans le regard des sri lankais qui assistent malgré eux à la scène. Eux qui vont travailler, à l’école ou empruntent le train seulement pour se déplacer. Ils n’ont pas choisi de subir ça. La plupart des femmes qui s’adonnent à l’exercice sont habillées en robe de soirée, avec des chapeaux chez certaines, la preuve qu’on est clairement dans la mise en scène. Tout ça parce qu’un jour tu as vu sur Instagram une photo que tu as jugé « parfaite » dans ce cadre enchanteur. Et tu t’es dit qu’il serait sympa de faire EXACTEMENT la même photo ! Les dérives d’Instagram… Tu te penses sûrement « influenceuse » auprès de ta communauté, mais en réalité tu es juste influencée, et en manque cruel de personnalité. Un vrai influenceur est celui qui justement va chercher LE spot que personne n’a encore photographié. Il aura toujours un train d’avance sur ceux qui ne font que reproduire. Les moutons profitent de chaque virage pour tenter la position parfaite. Les clichés s’enchaînent. Notre désespoir avec ! Au lieu de profiter du paysage paisiblement, nous avons des têtes et des jambes à chaque virage. C’est fatiguant. Nous fermons notre fenêtre. Nous rangeons l’appareil. Et nous repensons au premier train que nous avions pris entre Colombo et Galle… Là, nous étions les seuls touristes. Là, nous étions dans l’authenticité. Là, nous étions au milieu des sri lankais et en immersion dans la vie locale. Ce train pour Kandy n’a que peu de saveur. Et dire que nous avons 6h de train en tout… Espérons que la désinvolture des premiers kilomètres de train s’amenuise avec le temps et que les sri lankais finissent par monter en nombre dans ce train afin de rééquilibrer les comptes. Si tu cherches de l’authenticité, passe ton chemin et privilégie une autre ligne. Mais si, comme nous, tu cherches un moyen bon marché pour rejoindre Kandy depuis Ella, alors le train reste une bonne option. A mesure que le train avance, les touristes descendent et l’expérience regagne finalement en authenticité. Tout autour, la nature verdoyante habille le paysage. Le train traverse forêts, plantations de thé, ponts au-dessus de jolies cascades et s’arrête dans toutes les gares sur son chemin. Tiré par une locomotive à vapeur, le train bleu n’a pas une vitesse de croisière très élevée. Il se révèle plutôt confortable par contre, bien que nous ayons pris des tickets en 3ème classe. Le train est plutôt récent et chaque rangée de sièges est accompagnée d’une tablette. Mais vue les secousses, difficile de travailler à bord. Des vendeurs ambulants passent dans les wagons. Nous nous laissons tenter par des beignets de friture aux crevettes. Le ventre plein, nous partons petit à petit vers une petite sieste sommaire bien méritée. Il est certain que nous avançons lentement mais sûrement vers Kandy, la prochaine étape de notre voyage. Après 6h de voyage, nous arrivons dans la ville. La descente s’effectue dans la pagaille générale. Les sri lankais à quai n’attendent absolument pas que les occupants actuels descendent. Un embouteillage se créer. Nous sommes au milieu d’une foule compacte, avec nos quatre sacs. Nous forçons un peu le passage et finissons par nous dégager. Quelle arrivée rocambolesque à Kandy ! Nous reprenons nos esprits et sortons de la gare. Le bruit envahit tout. Julien ne se sent pas bien. La chaleur et la fatigue ont raison de son calme. Il craque un peu et fait une réaction d’angoisse face à l’activité de la ville. Il lui faudra un bon quart d’heure pour se remettre en route en direction du centre. La première impression de Kandy n’est pas bonne. Cette ville, bien qu’incarnant le berceau historique du Sri Lanka, ne présente pas les atouts que nous recherchons. La modernité est omniprésente dans les rues, nous retrouvons même des enseignes célèbres comme Pizza Hut ou encore Domino’s Pizza. Nous nous enfonçons dans le centre dans une tension palpable. Les ruelles s’entrecroisent, telles un labyrinthe, ce qui ne nous facilite pas la tâche et continue de nous énerver. Nous peinons à trouver un café qui propose une connexion wifi. Nous peinons à trouver un café surtout ! Ce n’est assurément pas la coutume locale. Le poids de nos sacs, couplé à la chaleur écrasante, n’aide pas à garder notre sérénité. Nous finissons par tomber sur une rue très commerçante, avec plusieurs cafés ouverts. Nous reprenons finalement nos esprits autour d’un jus de fruit pressé et nous empressons de regarder les hébergements environnants. Kandy est chère en regard des autres villes traversées jusqu’à présent. Nous vérifions ce qu’il y a à faire ici. Le temple de la dent, un lac artificiel, un jardin botanique, un tour au marché local, rien ne retient vraiment notre attention. Levés depuis 5h du matin, il faut dire que notre forme habituelle n’est pas avec nous. Nous prenons la décision d’écouter notre instinct et de quitter Kandy sur le champ. Nous parcourons de nouveau le centre-ville dans le sens inverse, passant de gares de bus en gares de bus jusqu’à trouver la bonne. La ville est grande et le réseau routier impressionnant. 20 minutes plus tard, c’est bon, nous sommes dans un bus qui nous conduit vers Dambulla, la ville étape suivante au programme. Exit Kandy, il paraît que la première impression est toujours la bonne ! Nous avons reçu au même moment via notre profil Instagram pas mal de retours de voyageurs qui ont eu la même appréhension que nous à Kandy. Pas de regrets nous disons-nous ! Le trajet vers Dambulla est l’occasion de reprendre des forces, confortablement installés dans un bus pourtant lancé à pleine vitesse. Nous avons maintenant l’habitude des bus sri lankais et n’avons pratiquement plus peur des excès de vitesse de ceux-ci. Il est déjà 18h quand nous arrivons à Dambulla. La nuit commence à tomber sérieusement. Et nous n’avons pas encore trouvé notre hébergement pour la nuit. Notre bus s’arrête pile en face d’un café. Manque de bol la connexion wifi ne fonctionne pas. Nous en repartons bredouille ! Un peu plus loin, une maison d’hôtes propose des nuits à $21. Nous tentons une approche. Le personnel ne nous calcule pas. Nous nous remettons en route. Cette fois nous tentons notre chance dans une guest house. La chambre sent fort l’humidité et le prix est un poil élevé compte-tenu des prestations proposées. La nuit est à présent tombée et toujours pas de lit. Nos sacs nous réchauffent le dos. Nos esprits aussi. Nous retournons à la précédente maison d’hôtes. Enfin, nous sommes accueillis. Le personnel est froid. On nous explique qu’ici tous les services sont payants : l’accès à la piscine présente dans la cour ? $3 par personne. Une chambre avec climatisation ? 1000 roupies de plus rien que pour ce confort. Le wifi ? uniquement dans la cour et encore via le smartphone du gérant. Bref, plein de petites choses qui amplifient notre mauvaise impression. Nous sommes fatigués alors nous acceptons malgré tout de dormir ici. Mais Julien a un mauvais pressentiment… Il ne veut pas faire travailler n’importe qui. Les hôtes sont clairement hautains et pas très accueillants. C’est la première fois qu’on ressent ça depuis que nous sommes arrivés au Sri Lanka. En même temps, il n’y a que des touristes dans ce complexe. Ils ont en tête que touristes = argent à faire. Les valeurs en moins ! Julien profite de la connexion wifi sommaire pour réserver en urgence une chambre dans une maison d’hôtes à 200 mètres de là, à 10 € la nuit, contre $21 dans celle-ci. L’annonce à ces hôtes pas très sympas est forcément prise comme l’affront de trop. La discussion devient houleuse. L’hôtelier tente de faire payer à Julien 200 roupies rien que parce qu’il a utilisé 10 minutes de son wifi. Belle mentalité ! Nous repartons une dernière fois avec nos sacs. La déception ressentie nous donne nos dernières forces pour la journée. Nous arrivons dans cette nouvelle guest house. Accueillis cette fois avec un grand sourire malgré l’heure déjà bien avancée. Il est 20h30 quand nous posons enfin nos sacs. Nous n’avons rien dans le ventre depuis le matin. Juste le temps de reprendre nos esprits que nous partons in extremis dans le centre de Dambulla avaler un plat local et rentrons aussi sec nous coucher pour vite oublier cette journée plutôt compliquée. Il y aura forcément des jours avec et des jours sans. Le voyage est fait ainsi. L’essentiel est de s’écouter et de ne pas laisser le négatif nous envahir. Là-dessus on est plutôt raccord. La première impression est très importante, le respect primordial, le sourire un atout incontestable. Fermons les yeux sur cette journée sans, demain sera un autre jour !

Où dormir ? — Sujatha Tourist Rest, 10 € la nuit, chambre confortable, douche tiède, famille charmante.

BUDJET DÉPENSÉ — 34,44 € sur un budget prévu de 60 €.

Départ du train et les premières têtes qui dépassent

Départ du train et les premières têtes qui dépassent

Nicolas pris en pleine admiration du paysage

Nicolas pris en pleine admiration du paysage

Au tour de Julien de sortir sa tête !

Au tour de Julien de sortir sa tête !

Autour du train une végétation verdoyante

Autour du train une végétation verdoyante

La folie Instagram commence à se calmer…

La folie Instagram commence à se calmer…

Le train traverse des paysages magnifiques

Le train traverse des paysages magnifiques

Deux sri lankais se laissent prendre au jeu des photos

Deux sri lankais se laissent prendre au jeu des photos

Vue sur les champs depuis le train

Vue sur les champs depuis le train

De nombreuses petites maisons et ses cultures

De nombreuses petites maisons et ses cultures

Une magnifique traversée dans les champs de thé

Une magnifique traversée dans les champs de thé

 


Autres chapitres

Inscris-toi à la newsletter

Et si tu recevais une dose de voyage & de conseils directement par e-mail ?

Le blog voyage de Nicolas & Julien, deux passionnés de voyage en vadrouille depuis 2015. Lepoint2départ, là où l'aventure commence !