Pourquoi il ne faut pas faire la balade à dos d’éléphant !

par Lepoint2départ

En mars 2016, nous avons eu le bonheur d’effectuer un road trip en bus en Thaïlande, la parcourant du Nord au Sud, et découvrant ses merveilles au fil des jours. Tu pourras retrouver ici notre carnet de voyage complet et découvrir à ton tour ce pays. Ici, nous tenions à revenir plus en détails sur l’une des étapes incluses dans le programme que nous avions sélectionné : une balade à dos d’éléphant et allons t’expliquer le plus simplement du monde pourquoi nous ne l’avons pas faite, pourquoi il est primordial d’être au courant de la réalité et de faire passer le mot.

Nicolas & Julien

Tout a commencé au moment des réservations du dit séjour. Nous parcourions depuis plusieurs jours déjà Internet et les agences de voyage. Nous cherchions un circuit de 15 jours incluant un maximum d’attractions pour un budget moyen de 1500 € par personne. Nous avions à cœur d’inclure la fameuse balade à dos d’éléphant dont tout le monde parle, et attraction phare de la Thaïlande. Nous n’avions alors en tête que l’image des gens s’extasiant sur leur animal, tous contents de se gargariser de l’expérience sur Instagram ou autre. Sans vouloir faire la chose pour s’en vanter, nous étions dans l’état d’esprit de vouloir nous aussi cocher cette case dans notre Bucket List et faire un jour une balade à dos d’éléphant. Alors que nous venions de clôturer la réservation de notre séjour, nous enchaînions avec un apéritif avec deux amies proches. Deux amies qui sont pour l’anecdote très au fait des problématiques liées à l’écologie et à la cause animale. Julien était tout content d’annoncer que dans le programme figurait une telle balade… et la réaction de l’une de nos amies fut radicale et sans équivoque. Julien un poil vexé s’est senti agressé alors même qu’il pensait à rien de mal en réservant cette attraction. Mais comme on dit qu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis, il est allé vérifier sur YouTube, en rentrant à la maison, si les dires de notre amie pouvait bien être fondés… il n’aura pas fallu attendre longtemps pour avoir la réponse. A la requête Google « balade à dos d’éléphant », tu trouveras des dizaines et des dizaines d’articles qui expliquent pourquoi IL NE FAUT PAS FAIRE la balade à dos d’éléphant. Le pire sera la vidéo hébergée sur YouTube montrant via des séquences tournées en caméra cachée le fameux rituel opéré par l’homme sur l’animal pour le conditionner et le rendre manipulable. Les images sont tout simplement insoutenables et ont résonné comme une massue qui venait de s’abattre sur la tête de Julien. Comment imaginer que l’homme puisse être capable de tels sévices, comment penser qu’un homme puisse regarder un animal droit dans les yeux et lui asséner des coups toute la journée, comment penser qu’un homme puisse torturer un animal des jours durant sans vaciller, comment enfin se dire qu’on va finalement faire une balade sur le dos de ces animaux innocents maintenant que l’on sait ! Julien était en larmes, la gorge serrée, incapable de prononcer le moindre mot si ce n’est « JAMAIS » ! Tu l’auras compris, entre les articles qui se recoupent tous et les vidéos qui servent de preuve, il est impossible désormais de faire l’impasse sur la réalité de ce que vivent ces éléphants prisonniers des camps à touristes.

Nettoyage des éléphants avant leur dure journée de travail

Nettoyage des éléphants avant leur dure journée de travail

Cette photo exprime parfaitement le mauvais de l'homme

Cette photo exprime parfaitement le mauvais de l’homme

Après le visionnage de la vidéo, il était évident qu’il était tout bonnement hors de question que nous montions sur le dos de ces bêtes malmenées pour répondre aux attentes des touristes. Le déplacement sur le camp était lui immuable mais une fois sur place nous en avons profité pour nous écarter des troupes de touristes et aller vérifier de nos propres yeux les choses. Il n’aura pas fallu longtemps là-encore pour nous retrouver avec des mammifères blessés, à sang, dont les cicatrices sont nombreuses, certaines toutes fraîches, certaines ensanglantées, le cornac toujours avec son ankush à la maison, une sorte de bâton en bois avec une pointe en métal servant à exercer des pressions sur des zones sensibles de l’animal. En effet, durant le processus de conditionnements de l’animal, des pressions régulières sont opérées sur des points précis, le traumatisant à jamais. En appuyant sur ces points, le cornac a le contrôle de l’animal qui se souvient de son extrême souffrance et obéit à l’homme… Pour information l’entrainement de l’éléphant par anéantissement ou par écrasement, un rituel communément appelé phajaan, est une méthode permettant de rendre des éléphants sauvages dociles, en les retenant en cage et en usant de châtiments corporels et de mauvais traitements. Cette pratique est condamnée par beaucoup d’organisations de protection des animaux pour son extrême cruauté, et pourtant la pratique existe hélas encore, encouragée par un tourisme de masse qui ne cesse d’augmenter. A peine avions-nous quitté le campement central que nous avons découvert les fameuses cages servant à anéantir l’esprit des animaux. Stupeur quand nous sommes tombés nez-à-nez avec un éléphanteau enchaînés aux pieds, entre deux poteaux, pour l’empêcher de bouger… Les cornacs se défendent à appeler cela de la « violence », ils affirment plutôt que cela permet d’apprendre à l’éléphant les ordres basiques à l’animal… visiblement celui-ci n’avait pas l’air très heureux, surtout qu’il faut ajouté que le fameux phajaan est une cérémonie au cours de laquelle l’éléphanteau est littéralement arraché à sa mère, quelle peut donc être sa joie d’être arraché ainsi et enchaîné pour recevoir des coups jusqu’à ce qu’il soit entièrement détruit et soumis à l’homme ? Nicolas était en larmes, il n’en revenait pas de voir la réalité de la vidéo YouTube se dérouler sous nos yeux. Nous avions en tête cette vidéo et tout d’un coup nous avions une rage intérieure sans nom de vouloir rompre les chaînes de ce pauvre petit éléphanteau pour le libérer. Évidemment nous avons rapidement été pris en otage face à un cornac pas très enclin à nous laisser prendre des photos et rôder autour de l’éléphanteau. Mais nous avions vu ce que nous voulions voir, notre dégoût était déjà total à ce stade.

Le cornac avec son ankush... et les cicatrices visibles sur la tête de l'animal !

Le cornac avec son ankush… et les cicatrices visibles sur la tête de l’animal !

La cage utilisée pour les châtiments corporels

La cage utilisée pour les châtiments corporels

La cage utilisée pour les châtiments corporels

La cage utilisée pour les châtiments corporels

Un éléphanteau enchaîné

Un éléphanteau enchaîné

En voyant revenir les gens de leur balade avec le sourire aux lèvres, on s’est dit qu’ils ne pouvaient pas être au courant, qu’il n’était pas possible de savoir et de tout de même faire cette balade, enfin nous sommes peut-être naïfs mais on espère vraiment que ce fut le cas… en même temps on ne pouvait pas en vouloir à tous ces gens ! Si nous n’avions pas eu cette fameuse discussion avec nos amies instruites et au courant du problème, nous aurions sûrement été tout aussi ravis de monter à dos d’éléphant, de nous gargariser sur Instagram et d’en vanter les mérites sur notre blog ! Nous ne jugeons personne, nous disons juste que le « risque » de ne pas se renseigner avant pour tout ce qui touche à la cause animale est le risque de participer à tout ça. Quand nous étions à Marrakech au Maroc, nous n’avions pas résisté à une balade à dos de dromadaire et ça doit être le même principe. Même si l’animal n’est pas forcément battu, il subit en tous cas toute la journée le poids de l’homme sur son dos, et les rapports des associations animales rapportent que les animaux servant aux balades finissent souvent leur vie avec la colonne vertébrale enfoncée ou carrément brisée. Pour en revenir à l’éléphant, les rapports des autorités sont unanimes et confirment que ces pratiques dégueulasses sont monnaie courante en Inde, au Myanmar (Birmanie) et en Thaïlande. Entre coups de bâtons, usage de chaines, privation de sommeil, privation d’alimentation et d’eau, l’éléphant n’a finalement aucune chance de se sortir de son trauma et finit par se soumettre à l’homme tel un zombi sans âme. C’est cruel et à condamner fermement ! La première chose à faire maintenant que tu as lu notre article sur le sujet est de renoncer toi aussi à l’idée de faire la balade à dos d’éléphant et surtout de faire passer le mot autour de toi !

La fameuse balade sur le dos de ces pauvres éléphants

La fameuse balade sur le dos de ces pauvres éléphants

On peut lire la tristesse dans ses yeux...

On peut lire la tristesse dans ses yeux…

Un spectacle qui fait honte

Un spectacle qui fait honte

Le pied de l'éléphant est une zone très sensible

Le pied de l’éléphant est une zone très sensible

Alors que nous étions en larmes, deux jeunes se sont approchés de nous pour nous demander ce qui n’allait pas. Nicolas a commencé à leur expliquer notre état d’âme en précisant bien que nous n’étions pas là pour donner des leçons ou juger. Simplement qu’en sachant il nous était impossible de cautionner désormais et d’envisager la balade. La jeune fille nous confirmera avoir été elle aussi mal à l’aise tout le long de la balade, voyant son cornac exercer des pressions derrière les oreilles de l’animal. Il n’y a qu’à s’approcher des gros spécimens pour voir les plaies à vif et le sang perler. Dans leur regard, ces éléphants semblent bel et bien perdus, traumatisés même, il n’y a qu’à regarder le vide immense qui se dégage de leurs petits yeux plein de tristesse. Ces jeunes ont ressenti le même dégoût une fois que nous leur avions expliqué la réalité de ce business juteux. Forcément quand tu es au courant, si tu as un minimum de conscience, tu ne peux qu’avoir une sensation de dégoût et l’envie de vomir. En tous cas, nous remercions nos amies d’avoir contribué à éveiller nos consciences, et nous ayant évité de participer à toute cette organisation. Le seul moyen de parvenir à arrêter le phénomène : boycotter sans réserve la balade à dos d’éléphant. Même sous le coup de rapports et de preuves, les camps existent encore et alors même que l’éléphant d’Asie est en voie d’extinction TOTALE, les camps existent encore et continuent de pratiquer les rituels d’asservissement sur les éléphanteaux. L’asservissement de l’homme sur l’animal est encore plus flagrant quand, en fin de matinée, nous sommes invités à assister à un spectacle, où les éléphants se mettent à peindre des toiles en tenant un pinceau (sachant que la trompe est le nez de l’éléphant, donc accessoirement une gêne pour lui…) ou encore jouer au football (sachant que les pieds d’un éléphant sont une partie ultra-sensible)… tu doutes encore de l’influence de l’homme sur l’animal ? Tu comprendras donc que nous tenions VRAIMENT à consacrer un article à part entière à ce sujet car il est primordial que cela cesse et c’est aussi le rôle d’un voyageur responsable que de prendre ses responsabilités et de ne pas encourager tout et n’importe quoi au nom du tourisme. En tant que blogueurs voyage, on se sent encore plus concernés par le fait de ne pas encourager de telles pratiques et surtout contribuer aussi à travers notre blog à éveiller les consciences. Voyager est formidable, mais respecter la nature et la cause animale primordiales pour nous !

Essayez de peindre avec votre nez !

Essayez de peindre avec votre nez !

Ce moment fut le plus horrible de tous nos voyages

Ce moment fut le plus horrible de tous nos voyages

Allez sois honnête, si tu es arrivé jusque-là et on t’en remercie, et si tu avais en tête en arrivant sur cet article de faire la balade à dos d’éléphant, est-ce qu’après la lecture de cet article l’envie est toujours aussi intacte ? Est-ce que tu ne sens pas un peu de doute t’envahir ? Est-ce que tu ne sens pas monter un peu de conscience et de bienveillance envers ces éléphants qui n’ont rien demandé ? Est-ce que tu sens cette colère et ce dégoût ? Si oui sers toi-en pour aider à changer les mentalités et à faire passer le message. Il y a bien d’autres façons d’appréhender des éléphants : aller en Afrique faire un Safari sauvage et les observer de loin dans leur milieu naturel, payer ta présence dans un centre de sauvetage des éléphants et de soins (on le fera sûrement au Laos, nous étudions actuellement le projet dans le cadre de notre Tour du monde en nous assurant que le bien-être de l’animal est au centre de toutes les priorités), participer à des forums ou des conférences sur la protection des animaux en faisant passer le mot, consacrer un article sur le sujet sur ton blog voyage pourquoi pas, … il y a des dizaines d’actions qui peuvent mener au même but : éveiller les consciences pour que les choses changent. En tous cas maintenant tu sais, et ça sera à toi et à ta conscience de faire le reste !

Voilà tu sais maintenant POURQUOI NOUS N’AVONS PAS FAIT LA BALADE À DOS D’ÉLÉPHANT et surtout pourquoi il est important de savoir sur quel terrain tu t’aventures si tu avais comme nous en tête cette envie folle de monter sur le dos d’une bête traumatisée par la cruauté de l’homme. N’hésite pas à nous laisser ton avis, tes impressions ou ton retour d’expérience en commentaire, nous espérons que cet article sera utile à son petit niveau et t’aidera à préparer tes prochaines vacances en Thaïlande.

 

 

Tu as aimé cet article et tu veux le partager ?
Épingle cet article sur Pinterest et retrouve-nous ici sur Pinterest.com/lepoint2depart

Survole l’image pour l’épingler

Tu devrais aussi lire

Laisse un commentaire

 

Lepoint2départ utilise des cookies pour vous garantir la plus jolie des expériences sur le site. Si vous souhaitez continuer à naviguer sur ce blog, vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus