FÈS | Une ville typique et préservée (pour l’heure) du tourisme de masse

par Lepoint2départ

Il n’y a pas de hasard dans la vie et c’était presque drôle de caler quasiment 4 ans jour pour jour un petit séjour au Maroc ! Après être allés à Marrakech en 2015, qui fut le point2départ de toute cette aventure, nous étions impatients de retourner au Maroc mais de visiter une ville moins touristique. Nous voulions de l’authenticité et pour le coup Fès a tenu toutes ses promesses. Une ville orientale moins connue que ses consœurs mais qui est un enchantement et la garantie d’un dépaysement total. On t’embarque 3 jours avec nous dans une Médina qui a su garder l’exigence des traditions et ses savoir-faire artisanaux aux quatre coins de la ville !

Nicolas & Julien

BON A SAVOIR AVANT LE DÉPART À FÈS

quand partir ? — Située au nord du Maroc, la cité impériale de Fès affiche des températures hyper agréables toute l’année. Il n’y a donc pas de réel frein à t’y rendre quand bon te semble. Attention aux mois de juillet et août qui peuvent être très chauds et où le mercure peut facilement dépasser les 40° à l’ombre ! Privilégie plutôt les arrières saisons et les mois d’avril, mai, juin, septembre et octobre. Déjà en mars lors de notre séjour, nous avions très chauds et une météo hyper agréable ! Les matinées et les soirées peuvent être en revanche plus fraîches en raison de l’implantation près des montagnes de l’Atlas. Prévois donc une petite laine !

compagnie aérienne — Pour rejoindre Fès, rien de plus simple depuis Paris, où des vols réguliers s’y rendent en 2h15. Notre choix s’est porté sur la compagnie low-cost Transavia et le vol s’est effectué sans aucune difficulté. Pour réserver ton billet au meilleur prix, tu peux aussi utiliser le comparateur de vols Skyscanner pour cela.

comment rejoindre le centre-ville ? — L’organisation est quelque peu archaïque et se fait dans la cohue générale ! Le dépaysement est garanti dès l’aéroport mais c’est drôle d’assister à d’autres organisations, cela fait partie du voyage. Les tarifs officiels des taxis sont affichés et indiquent 120 MAD pour rejoindre le centre-ville de Fès. Mais aucun chauffeur ne respectent vraiment cette grille, il te faudra négocier AVANT de démarrer ta course. Prévois 150 MAD minimum pour quitter l’aéroport et rejoindre la médina de Fès. Le taxi étant le seul moyen de transport à ce jour pour rejoindre le centre-ville !

langue — La langue officielle au Maroc est l’arabe mais le français est une langue largement parlée dans le pays. Les panneaux sont souvent indiqués dans les deux langues. Le français est également enseigné aux élèves marocains dès le primaire.

monnaie — La monnaie locale au Maroc est le Dirham marocain ; il te faudra te rendre dans l’un des nombreux bureaux de change de la ville pour changer ta monnaie ou encore retirer des espèces via un distributeur ATM par exemple (à titre indicatif, voici le taux de conversion : 1 MAD = 0,0915878 EUR / 1 EUR = 10,9185 MAD).

décalage horaire — Par rapport à la France : -1h (ou -2h en fonction du ramadan).

Empreinte carbone 1,4 t CO2 (vol A/R – Paris <-> Fès – 2 personnes – classe économique).

 


 

LES INCONTOURNABLES DE FÈS

Cartographie © Lepoint2départ

Plan de situation pour mieux te repérer : (A) Médina —  (B) Tannerie Chouarra — (C) Place Seffarine —  (D) Médersa Attarine —  (E) Médersa Bou Inania —  (F) Bab Boujloud —  (G) Quartier du Palais Royal —  (H) Tombeaux Mérinides —  (I) Cimetière Juif —  (J) Quartier Juif —  (K) Jardin Jnan Sbil —  (L) Fondouk Nejjarine.

 

MÉDINA
COUP DE ♥

Une des nombreuses ruelles de la Médina de Fès

Une des nombreuses ruelles de la Médina de Fès

Quel enchantement pour les sens que de se balader dans les ruelles de la médina de Fès. La ville a des allures de petit village et tout fleure bon l’artisanat local. La médina est organisée en quartiers, du coup tu pourras facilement te repérer et arpenter la médina sans trop te perdre. Les locaux sont d’une gentillesse sans nom, toujours prêts à te faire goûter à leurs spécialités ou te faire essayer leur marchandise. Nous avons adoré nous perdre dans ces méandres aux allures de labyrinthe géant. Parmi les « quartiers » qui découpent la Médina, tu pourras découvrir : le quartier des fruits et légumes ; le quartier des articles pour le mariage ; le quartier des bouchers en train de nettoyer des têtes d’agneau, de vaches et même de dromadaires ; le quartier des poissonniers avec un poisson frais et parfaitement présenté ; le quartier des vendeurs d’escargots (oui oui d’escargots, une curiosité de savoir les marocains friands de ces bestioles) ; le quartier des pâtissiers avec les femmes en train de faire des crêpes à tous les coins de rue ; le quartier des couturiers où seuls les hommes perpétuent ces techniques traditionnelles ; le quartier des vendeurs de fruits secs ; le quartier des teinturiers ; le quartier des couteliers ; le quartier des céramistes ; le quartier des botanistes ; etc. Le dépaysement est total et chacune des 9000 ruelles qui composent la médina est une invitation au voyage. À Fès pas de mobylettes dans les rues contrairement à Marrakech, mais un ballet de mules incessant, avec des bêtes obligées de porter des dizaines de packs d’eau, des parpaings de chantier ou des peaux de bêtes servant à alimenter les tanneries de cuir. Elles sont soumises à la cadence de leur maître et déambulent dans les ruelles ainsi chargées ! Fès est significativement moins touristique que Marrakech, plus authentique, moins axée sur un tourisme de masse, et surtout moins européanisée pour l’heure. Peu de touristes français dans les ruelles, à l’inverse des touristes chinois qui semblent affluer dans la ville depuis quelques mois selon les dires des locaux. Autant te dire que certains coins de la ville sont très calmes et dépourvus de touristes. Malgré tout le gros des attractions touristiques se concentrant dans la vieille médina, tu auras forcément du monde à un moment donné. Mais en te levant tôt et en repérant les points stratégiques, tu pourras passer au-travers des foules et profiter de Fès assez tranquillement. A la différence de Marrakech également, les commerçants locaux alpaguent moins les touristes ! Si bien que tu peux te déplacer de façon moins oppressante, prendre le temps de regarder leurs étales sans peur d’être pressés à l’achat ou encore de prendre des photos, en leur demandant la permission de le faire, par respect évidemment. Généralement les locaux sont bons clients et partants pour que tu puisses les immortaliser, à l’exception des femmes qui sont plus réservées. Fais donc des photos d’ensemble, la Médina offre de magnifiques perspectives et des couleurs vives, entre légumes luxuriants et pâtisseries orientales huilées à souhait. Seule déception : le souk Attarine, initialement dédié aux épices, a littéralement disparu au profit d’un souk dédié aux produits électroniques made in China… pas vraiment typique pour le coup et terriblement décevant quant on imagine ce qu’aurait été un souk avec des montagnes d’épices en tous genres ! Il faut croire que l’évolution du commerce et des habitudes de consommation ont eu raison des traditions à ce niveau-là… du coup si tu cherches des épices, il te faudra les chercher un peu partout, pas mal de commerçants en proposant directement ensachées. Moins attrayant pour les photos, mais pas vraiment le choix !

Les célèbres babouches marocaines

Les célèbres babouches marocaines

Commerce de sacs en cuir

Commerce de sacs en cuir

Chebakia Mkherka, les gâteaux incontournables du Maroc

Chebakia Mkherka, les gâteaux incontournables du Maroc

Étale de fruits et légumes

Étale de fruits et légumes

Boutique de luminaires

Boutique de luminaires

Céramique marocaine

Céramique marocaine

La mosquée Karaouiyine de Fès

La mosquée Karaouiyine de Fès

Un étale de poisson bien frais

Un étale de poisson bien frais

Étale de fruits secs

Étale de fruits secs

L'allée des teinturiers

L’allée des teinturiers

Lanternes artisanales marocaines

Lanternes artisanales marocaines

Charmants commerçants de la Médina

Charmants commerçants de la Médina

Stand de dattes

Stand de dattes

Commerçant d'escargots

Commerçant d’escargots

Ruelle de la Médina

Ruelle de la Médina

Boutique de tissus fait main

Boutique de tissus fait main

Ruelle de la Médina de Fès

Ruelle de la Médina de Fès

Commerçant de légumes

Commerçant de légumes

Boutique de céramiques marocaines

Boutique de céramiques marocaines

Ruelle de la Médina de Fès

Ruelle de la Médina de Fès

 

TANNERIE CHOUARRA
COUP DE ♥

La tannerie Chouarra de Fès

La tannerie Chouarra de Fès

Se rendre dans les tanneries traditionnelles de Fès est une expérience INCROYABLE ! Ce savoir-faire ancestral qui se transmet de père en fils – il n’y a que des hommes qui travaillent au tannerie et qui démarre leur carrière très tôt, malgré la dureté du métier pour des enfants et des adolescents – est absolument unique et il n’y a qu’à Fès que tu peux voir de telles tanneries, les plus grandes de la région selon les locaux. C’est simple, ici, tu as pas moins de 400 personnes qui travaillent 7 jours/7 de 6h à 16h toute l’année dans les quelques 500 cuves destinées à teindre le cuir. Les couleurs sont obtenues avec des produits 100% naturels et donnent 4 types de cuir utilisés ensuite en maroquinerie. Tu retrouveras généralement des cuirs teintés couleurs mimosa, la couleur de base, coquelicot, jaune et bleu. L’expérience est inédite et vaut vraiment le détour. Soit tu entres dans une boutique proposant une terrasse pour regarder les tanneurs d’en haut, avec une superbe vue sur les cuves ; soit tu t’aventures comme nous au milieu de celles-ci, avec l’assurance d’en prendre plein le nez ! L’odeur est pestilentielle et difficile à supporter ! Sous un soleil de plomb, autant te dire que l’odeur cadavérique des peaux de bête contribue à te retourner quelque peu l’estomac ! Nous n’avions pas pris de menthe fraîche avec nous ou encore des cristaux de menthol vendus dans les herboristeries locales. Du coup nous en avons pris plein le nez et devions faire abstraction des odeurs et de la saleté environnante. Entre les détritus de peaux de bête, les déjections de pigeons ou encore le sang séché, la visite n’était pas des plus ragoûtantes. Et c’est justement ce qui est impressionnant de constater que des hommes passent leurs journées – et une partie de leur vie – dans ses cuves, à travailler du matin au soir dans ces conditions, pour produire un cuir d’une qualité évidente. Le savoir-faire est transmis de génération en génération. Les locaux sont très fiers de présenter cette technique aux touristes et on ne peut qu’être admiratifs devant le spectacle qui s’offre à nous. Nous ne venions pas simplement voir mais aussi comprendre. Nous nous sommes donc aventurés au milieu des cuves, avec le « responsable des tanneries » comme il s’est présenté, en réalité un travailleur qui a voulu nous faire la visite contre un petit billet à la sortie… en même temps vue la qualité des explications et le temps qu’il nous a accordé, il était évident qu’on ne ressortirait pas des tanneries sans lui laisser quelque chose ! C’est comme si tu payais une visite dans un musée. Ici le musée est à ciel ouvert, avec des acteurs bien réels qui s’exécutent sous les yeux curieux des touristes. Vegans s’abstenir bien sûr ! Le spectacle est écœurant, l’atmosphère nauséabonde et les peaux de bêtes traitées sans ménagement ! Pour obtenir le cuir qui sera ensuite transformé en maroquinerie par les coopératives marocaines, 5 étapes de traitement et 40 jours de travail sont nécessaires avant d’obtenir la qualité requise. La première étape est de plonger les peaux de bêtes dans un bain de chaux et d’ammoniaque pendant 5 jours afin de décoller les poils. Ensuite les peaux sont passées dans une sorte de machine à laver artisanale, un énorme tonneau actionné mécaniquement, pour laver les peaux et retirer l’excédent de chaux. La deuxième étape est de plonger les peaux quasi lisses dans la fiente de pigeons pour assouplir encore plus la peau. L’odeur est indescriptible sans parler de la vision de ces bassins… la troisième étape est un bain avec de la sciure de blé pour rendre la peau hyper lisse. Ici elle n’a plus aucun poil et prend toute sa souplesse. La quatrième étape est la coloration naturelle des peaux, qui se fait dans différentes cuves avec des ingrédients 100% naturels en fonction de la couleur que l’on veut obtenir : pour le jaune, on utilise du safran ; pour l’orange de l’henné ; pour le vert de la menthe ; pour le bleu de l’indigo ; pour le brun du bois de cèdre ; pour le rouge des fleurs de coquelicots séchées. Tous les ingrédients sont naturels et plongées directement dans les cuves avec les peaux. La mixture est ainsi laissées plusieurs jours jusqu’à obtenir le ton souhaité. La cinquième étape et la dernière est la finition de la peau après un séchage au soleil. Les hommes grattent les peaux à la force des bras pour retirer les dernières imperfections et obtenir un cuir d’une grande qualité, que seule la main de l’homme peut réussir ainsi. Pour information, dans les tanneries de Fès, 4 types de peaux sont utilisés : les peaux de chameaux / dromadaires, de vaches, de chèvres et d’agneaux / moutons. Parmi les cuirs de meilleure qualité, on retrouve les peaux d’agneaux et de moutons. Tout autour des tanneries, tu retrouveras les boutiques qui vendent directement le cuir fabriqué plus bas et transformé dans les coopératives autour de la ville. Sont entre autres proposées les célèbres babouches de toutes les couleurs, vestes en cuir, maroquinerie, poufs, sacs, chaussures, etc. Le choix est immense et les vendeurs te solliciteront forcément pour acheter quelque chose dans leur boutique. Si tu ne tiens pas à ramener un souvenir en cuir, mais que tu as immortalisé le travail des tanneurs, sache qu’une petite contribution sera plus qu’appréciée. Considère les lieux comme un grand musée et à un moment donné il te faudra forcément mettre la main au porte-monnaie. Mais que ce soit en mode shopping ou en mode visite, tu vivras une expérience sympa !

Ouvrier en plein effort dans la tannerie

Ouvrier en plein effort dans la tannerie

Etape de la coloration des peaux

Etape de la coloration des peaux

Les nombreuses cuves de la tannerie Chouarra

Les nombreuses cuves de la tannerie Chouarra

Coloration de la peau en rouge avec des fleurs de coquelicots

Coloration de la peau en rouge avec des fleurs de coquelicots

Deux jeunes ouvriers dans les cuves de la tannerie

Deux jeunes ouvriers dans les cuves de la tannerie

Les peaux en attente de coloration

Les peaux en attente de coloration

Vue d'une des nombreuses terrasses de boutique qui entourent la tannerie

Vue d’une des nombreuses terrasses de boutique qui entourent la tannerie

Les jeunes ouvriers en plein travail

Les jeunes ouvriers en plein travail

Chacun des ouvriers de la tannerie a son rôle bien défini

Chacun des ouvriers de la tannerie a son rôle bien défini

Séchage des peaux sur les balcons et toits de la tannerie

Séchage des peaux sur les balcons et toits de la tannerie

 

PLACE SEFFARINE

La place Seffarine de la Médina de Fès

La place Seffarine de la Médina de Fès

La place Seffarine est le quartier des chaudronniers, mais aussi une place qui donne son nom à une mosquée et un hammam. Impossible de manquer la place quand tu en approches, il s’y joue chaque jour un véritable concert de sonorités de cuivre et de laiton frappés, avec des coups de marteaux non stop ! Les chaudronniers s’exécutent ainsi du matin au soir, formant chaudrons, théières, plateaux, couscoussiers et autres objets. Le bruit peut te paraître relaxant malgré tout au départ, en écoutant les symphonies crées spontanément par les marteaux, puis à force cela finit par taper un peu sur le système ! Un petit restaurant surplombe la place Seffarine avec une terrasse panoramique, de quoi avoir une vue directe sur la place. Par contre avec le bruit environnant, il sera difficile d’avoir une discussion avec ta moitié tant le bruit des marteaux qui martèlent les métaux est incessant ! Le spectacle est quand même inédit et dingue quand on y pense, imagine-toi frapper du métal toute la journée avec un marteau sous un soleil de plomb ! Sans parler de l’usage des pieds qui servent à faire pivoter la pièce de cuivre, tandis que les bras martèlent ses parois… un vrai travail d’orfèvre et un exemple de plus de l’excellence de l’artisanat marocain. La place est centrale dans la médina, il est fort à parier du coup que tu y fasses plusieurs passages.

Artisan travaillant le cuivre à la main

Artisan travaillant le cuivre à la main

Les nombreux objets en cuivre

Les nombreux objets en cuivre

Service en cuivre pour le thé

Service en cuivre pour le thé

Jeune artisan en pleine fabrication d'un plateau en cuivre

Jeune artisan en pleine fabrication d’un plateau en cuivre

Petites babioles en cuivre

Petites babioles en cuivre

Les nombreuses boutiques de la place Seffarine

Les nombreuses boutiques de la place Seffarine

Jeune artisan en pleine fabrication d'un couvercle en cuivre

Jeune artisan en pleine fabrication d’un couvercle en cuivre

 

MÉDERSA ATTARINE

La Médersa Attarine de la Médina de Fès

La Médersa Attarine de la Médina de Fès

La Médersa Attarine est une ancienne école coranique de Fès. Ici les étudiants apprenaient par cœur les célèbres textes religieux. La visite est très rapide car elle se limite à la cour de l’école. Les espaces alentours sont réservés à la prière et aux musulmans. La médersa doit son nom au souk des épices Attarine, qui donne également son nom à une grande bibliothèque attenante, elle-même réservée aux étudiants musulmans, et est située à quelques mètres de l’université Al Quaraouine, impossible à visiter sans être pratiquant. Au Maroc les traditions sont les traditions et très peu de monuments religieux se visitent, exception faite des anciennes médersa et de leurs cours décorées de mosaïques et d’arches typiques. L’architecture est sublime et nous étions admiratifs de la beauté des lieux. Entre mosaïques colorées, sol en marbre et voûtes boisées, l’excellence de l’artisanat marocain transpire ici sur les murs. Une visite rapide mais tout de même intéressante pour découvrir les conditions de vie des étudiants dans les écoles coraniques marocaines.

Photo de couple dans la Médersa Attarine

Photo de couple dans la Médersa Attarine

INFORMATIONS PRATIQUES

> Prix : 20 MDA adulte / 5 MDA enfants

 

MÉDERSA BOU INANIA

La Médersa Bou Inania de Fès

La Médersa Bou Inania de Fès

Comme sa consœur, la Médersa Bou Inania est une école coranique encore en activité. Elle abrite des étudiants venus à Fès étudier le Coran. Il faut pas moins de 4/5 ans d’études pour apprendre le Coran par cœur. La médersa se démarque des autres car elle est la seule à avoir un minaret. A l’intérieur tu découvriras un édifice parfaitement conservé, avec les trois matières principales utilisées pour l’édification de tels monuments : le stuc, le bois sculpté et les mosaïques. Le décor est grandiose et en parfait état. Au fond de la cour une salle de prières est réservée aux musulmans pratiquants. Cette école est l’une des rares à servir à la fois d’école et de mosquée le vendredi. Dans le mur frontal de la salle de prière se détache le mihrab, indiquant la direction de La Mecque pour les pratiquants et donc la position qu’ils doivent adopter en temps de prière. Nous avons profiter du soleil de plomb et du peu d’affluence matinale pour immortaliser les lieux et faire de très belles photos de couple devant les grandes portes en bois sculpté de toute beauté. Cette médersa est un poil plus grande que l’Attarine. De petits couloirs étroits mènent aux parties supérieures, mais sont privées et réservées aux étudiants actuellement en résidence à Fès pour leur apprentissage.

On prend la pose dans la cour de la Médersa Bou Inania

On prend la pose dans la cour de la Médersa Bou Inania

La magnifique porte sculptée de la Médersa Bou Inania

La magnifique porte sculptée de la Médersa Bou Inania

INFORMATIONS PRATIQUES

> Prix : 20 MAD

 

BAB BOUJLOUD

L'entrée dans la Médina par la Bab Boujloud

L’entrée dans la Médina par la Bab Boujloud

Alors là autant prévenir tes jambes que l’ascension va être un poil physique, surtout si tu pars de la place Rcif. Pour atteindre la vieille porte Bab Boujloud, il te faudra parcourir les longues ruelles de la Médina vers le nord et remonter de longues minutes durant. L’ascension est très agréable et te permettra de parcourir toute la vieille médina pour y aller. Sur ton chemin tu traverseras notamment le quartier des vendeurs de chaussures, le quartier des vendeurs de tapis, le quartier des vendeuses d’henné, les maroquiniers, les tailleurs, les pâtisseries marocaines et leurs salons de thé, etc. Tu ne pourras pas manquer les artisans locaux toujours prêts à te vendre quelque chose. La balade est très agréable et nous l’avons faite à plusieurs reprises, en changeant volontairement de circuit, même si le chemin est tout tracé et bien indiqué jusqu’à la Bab Boujloud. Cette immense porte est parfaitement conservée et était à l’époque l’une des portes principales de la Médina. D’un côté ce sont d’immenses mosaïques bleues qui la décore, de l’autre d’immenses mosaïques vertes. La porte est un carrefour de circulation, du coup il était quasiment impossible de faire des photos sans une foule massive dessus. Dans la Médina tu pourras te repérer très facilement avec des balades indiquées par des panneaux de couleur. Ainsi en suivant les panneaux d’une même couleur tu pourras découvrir la médina suivant une thématique : culturelle, historique, environnementale, etc. Impossible de te perdre, puis les locaux sont toujours prêts à t’aider pour retrouver ton chemin. En traversant la Bab Boujloud, tu pourras découvrir les immenses cimetières de Bab Mahrouk, et leurs tombes blanches fendant la verdure. Rien de bien spécial à y voir si ce n’est des centaines de tombes blanches entassées sur les collines.

Vue de la Bab Boujloud depuis la Médina de Fès

Vue de la Bab Boujloud depuis la Médina de Fès

Cimetières de Bab Mahrouk à côté de la Bab Boujloud

Cimetières de Bab Mahrouk à côté de la Bab Boujloud

 

QUARTIER DU PALAIS ROYAL

Les portes principales du Palais Royal

Les portes principales du Palais Royal

Le quartier du Palais Royal abrite comme tu l’auras compris le Palais Royal de Fès. Impossible de le visiter, il est strictement privé et bien gardé ! Il n’est même pas visible de l’extérieur, seules ses grandes portes dorées sont l’objet de toutes les convoitises sur une place du quartier. Néanmoins la balade est intéressante et contraste avec la Médina. Ici les habitations semblent plus récentes et plus modernes surtout. Les rues sont très propres et l’architecture fait plus européenne que marocaine. Le quartier abrite beaucoup d’écoles et concentre peu de touristes, c’est l’avantage de t’éloigner un peu du centre névralgique. La balade est l’occasion de voir comment s’organise la vie locale, les sorties d’école, la vie de quartier, et te donnera un aperçu des habitudes du coin. A noter que le quartier juif est à proximité, tout comme le cimetière juif et les portes du Palais Royal. Elles sont d’une beauté sans nom, immanquable dans le paysage, immenses et décorées dans le détail. C’est tout simplement remarquable et magnifique. Il te faudra peut-être patienter un petit peu pour les avoir sans personne mais ton attente sera récompensée par l’un des plus beaux sites de Fès. Elles sont un nouveau témoin de l’excellence de l’art marocain et offre un arrière-plan de choix pour prendre la pose.

Une des grandes places du Quartier Royal

Une des grandes places du Quartier Royal

Petite ruelle du Quartier Royal

Petite ruelle du Quartier Royal

On prend la pose devant les magnifiques portes du Palais Royal

On prend la pose devant les magnifiques portes du Palais Royal

Place du Quartier Royal

Place du Quartier Royal

Julien prend la pose avec un enfant qui sort de l'école

Julien prend la pose avec un enfant qui sort de l’école

 

TOMBEAUX MÉRINIDES

L'arrivée sur les tombeaux Mérinides

L’arrivée sur les tombeaux Mérinides

Situés sur la colline la plus élevée de la ville, les tombeaux Mérinides ne sont plus aujourd’hui que des ruines. La principale raison pour laquelle il te faut ABSOLUMENT venir est la vue que tu auras sur Fès, certainement LA plus belle vue sur la ville que tu puisses avoir. Nous sommes montés 2 fois aux tombeaux : la première fois en journée pour repérer les lieux et une nouvelle fois le lendemain matin au levé du soleil. Dans les deux cas la surexposition a rendu difficile l’exercice des photos. Mais qu’importe, la vue est à couper le souffle et vraiment incroyable ! La Médina est visible toute entière depuis le haut de la colline et tu verras même le quartier juif, le quartier du Palais Royal et les montagnes de l’Atlas. Le point de vue est dingue et il doit l’être tout autant en fin de journée avec le coucher de soleil, mais bondé selon les dires d’un commerçant ambulant sur place. Une rencontre magique avec un marocain qui vient sur cette colline tous les jours depuis des dizaines d’années. Il a pris le temps de nous expliquer l’évolution du tourisme à Fès et de la ville en elle-même avec les grands travaux de modernisation. Un homme sage et bienveillant, qui restera gravé à jamais dans nos mémoires. Bien sûr il a essayé de nous vendre un bonnet et un tapis, sans jamais nous forcer la main. Et il était là dès le matin et encore là le soir, à parler avec émotion de sa colline sur laquelle il espère finir ses jours et être enterré. Un homme qui nous a marqué et qui a même donné lieu à l’une des plus belles scènes de vie photographiée lors de nos voyages. Si tu as l’occasion d’aller sur cette colline de Fès prochainement, n’oublies pas de lui passer le bonjour de Nicolas & Julien, il a promis de ne pas nous oublier en retour. Les voyages ont ça de magique qu’ils connectent les cœurs ! Pour t’y rendre, deux solutions : soit à pied depuis la Bab Boujloud, soit en prenant un petit taxi rouge depuis le Palais Royal. Il t’en coûtera seulement 20 MAD et en rajoutant quelques dirhams, ton chauffeur pourra même t’attendre pour repartir avec lui jusqu’au centre de la ville.

Le cimetière dans la vallée à coté des tombeaux Mérinides

Le cimetière dans la vallée à coté des tombeaux Mérinides

Un homme sage admirant le lever du soleil sur la Médina de Fès

Un homme sage admirant le lever du soleil sur la Médina de Fès

Vue de la Médina de Fès depuis les tombeaux Mérinides

Vue de la Médina de Fès depuis les tombeaux Mérinides

On prend la pose face à l'immensité de la Médina de Fès

On prend la pose face à l’immensité de la Médina de Fès

Autre vue sur la Médina depuis les tombeaux Mérinides

Autre vue sur la Médina depuis les tombeaux Mérinides

Ruine des tombeaux des Mérinides

Ruine des tombeaux des Mérinides

 

CIMETIÈRE JUIF

Le cimetière juif de Fès

Le cimetière juif de Fès

Il est difficile déontologiquement d’encenser la beauté d’un cimetière qui reste un cimetière ! Mais il faut reconnaître que le cimetière juif de Fès est plutôt singulier, et que ses tombes blanches forment un ensemble attrayant. A l’entrée, une petite contribution de 10 MAD par personne te sera demandée pour aider à l’entretien du cimetière qui d’une propreté exemplaire. Toutes les tombes sont disposées de façon symétrique sur des allées entières. Les tombes sont de différentes tailles en fonction de la taille des corps on imagine. Ça, c’est pas le plus glorieux à retenir… c’est vraiment l’architecture très particulière des tombes qui dénote et qui offre une visite unique. Le cimetière s’étend sur des centaines de mètres carrés et se termine par des champs d’orangers en fleurs. Des femmes étaient en pleine cueillette des fleurs d’orangers tout en poussant la chansonnette, c’était vraiment sympa de les voir s’activer à la tâche avec une telle bonne humeur. L’odeur était incroyable, la fleur d’oranger est certainement notre odeur naturelle préférée ! C’est vraiment l’odeur caractéristique des pays orientaux et un arôme qu’on retrouve dans toutes les pâtisseries et les parfums d’ambiance. Au final, dans le cimetière juif de Fès, on dénombre pas moins de 12000 tombes avec noms et quelques 3000 sans noms, avec des personnes de confession juive mortes lors de l’épidémie de peste en 1911. Des chiffres qui te donnent une idée de l’ampleur du cimetière et du nombre de tombes qui y sont ici amoncelées.

Les habitations collées au cimetière juif

Les habitations collées au cimetière juif

La végétation verdoyante du cimetière juif de Fès

La végétation verdoyante du cimetière juif de Fès

Les tombes singulières du cimetière juif

Les tombes singulières du cimetière juif

Les femmes récoltant la fleur d’oranger dans le cimetière juif

Les femmes récoltant la fleur d’oranger dans le cimetière juif

 

QUARTIER JUIF

La rue principale du quartier juif de Fès

La rue principale du quartier juif de Fès

Le quartier juif de Fès est situé juste à côté du Palais Royal et du cimetière juif bien sûr. Il est regroupé autour d’une rue principale où se regroupent prothésistes dentaires, opticiens, magasins dédiés à l’habillement et aux chaussures, bijoutiers, etc. La rue principale est très délabrée, ce qui est normal quand on sait que le quartier juif de Fès est le plus ancien quartier juif du Maroc. Du coup la rue semble avoir traversé l’épreuve du temps dans son jus et concentre la plupart des activités commerciales dans une seule artère principale. Dans les rues adjacentes, maisons et synagogues surveillées témoignent de la vie de la communauté locale. Les synagogues se visitent moyennant un droit de visite trop élevés selon nous ! Elles étaient surveillées lors de notre visite, pour éviter sûrement les tensions entre les communautés. Le quartier ne présente donc pas un grand intérêt, il est sympa d’y passer une fois dedans, surtout si tu te rends au cimetière juif ou au Palais Royal, sinon ne t’y rends pas exprès sous peine d’être déçu.

Petite ruelle du quartier juif de Fès

Petite ruelle du quartier juif de Fès

Ruelle étroite du quartier juif de Fès

Ruelle étroite du quartier juif de Fès

Un vendredi dans le quartier juif

Un vendredi dans le quartier juif

 

JARDIN JNAN SBIL

L'entrée principale du jardin Jnan Snil

L’entrée principale du jardin Jnan Snil

Le jardin Jnan Snil est littéralement le poumon vert de Fès. Situé aux abords du quartier du Palais Royal et à quelques centaines de mètres de la Bab Boujloud, cet immense jardin public est l’occasion de te ressourcer au milieu d’une oasis de fraîcheur et de verdure. Au centre du jardin, un immense lac artificiel est l’occasion de te mêler aux familles locales et de prendre le temps d’observer la diversité de la flore dans ce parc abritant plusieurs zones. Parmi celles-ci, tu pourras parcourir un jardin andalou, une grande allée de Washingtonia, un jardin de bambous, un jardin dédié aux senteurs et aux cactées, et bien sûr le bassin central et ses fontaines, pour une carte postale de nature du plus bel effet. Après 2 jours sous un soleil de plomb, cette escale dans le parc était plus que bienvenue. Une bonne occasion de lever le pied tout en profitant d’une végétation luxuriante. L’accès est gratuit, mais le jardin est fermé le lundi et aux heures de prière du mardi au dimanche.

Le bassin central du jardin Jnan Snil

Le bassin central du jardin Jnan Snil

Trois jeunes marocains se baladant dans le jardin Jnan Snil

Trois jeunes marocains se baladant dans le jardin Jnan Snil

Un jardin où il fait bon se rafraîchir pendant les forte chaleur

Un jardin où il fait bon se rafraîchir pendant les forte chaleur

Les palmiers dans le bassin central du jardin

Les palmiers dans le bassin central du jardin

 

FONDOUK NEJJARINE

L'entrée principale du Fondouk Nejjarine

L’entrée principale du Fondouk Nejjarine

Derrière ce nom se cache le Musée des Arts et Métiers du bois de Fès. C’est derrière une grande porte en bois sculpté que ce cache ce musée classé monument national et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous nous étions levés aux aurores pour arriver les premiers devant la porte et être certains de visiter le musée lors de notre 3ème et dernier jour de séjour à Fès. Le musée est réparti sur 2 étages et propose des salles abritant divers objets en bois et en métal, reflets de l’artisanat marocain et de savoir-faire ancestraux. A noter qu’il est par contre interdit de photographier les objets à l’intérieur des salles, uniquement le bâtiment principal, pour ne pas risquer d’altérer les œuvres. Les objets sont regroupés selon leur thématique et leur époque. On passe d’une salle à l’autre et d’un étage à l’autre en appréhendant l’histoire de l’art marocain. Clou de la visite, le toit rooftop offrant une vue fort sympathique sur les toits de Fès. Un petit salon de thé trop mignon y est même installé, de quoi déguster un bon thé vert à la menthe typique, tout en profitant d’une jolie vue sur la ville. Tout est à 10 MAD, sauf le café Nespresso à 20 MAD, tu aurais donc tort de te priver à ce prix-là ! Une visite intéressante conclue avec un salon de thé parfaitement placé, une double occasion de venir visiter le Fondouk Nejjarine et conclure ton séjour à Fès sous les plus beaux auspices.

On prend la pose au premier étage du Fondouk Nejjarine

On prend la pose au premier étage du Fondouk Nejjarine

Ancienne balance exposée à l’intérieur du musée

Ancienne balance exposée à l’intérieur du musée

Sur le toit du Fondouk Nejjarine

Sur le toit du Fondouk Nejjarine

Petite pause gourmande sur le toit du Fondouk Nejjarine

Petite pause gourmande sur le toit du Fondouk Nejjarine

La jolie vue de la médina de Fès depuis le toit du Fondouk Nejjarine

La jolie vue de la médina de Fès depuis le toit du Fondouk Nejjarine

INFORMATIONS PRATIQUES

> Prix : 20 MAD par adulte

 


 

NOS BONNES ADRESSES POUR MANGER/BOIRE À FÈS

La jolie terrasse de la maison verte

La jolie terrasse de la maison verte

Restaurant snack Rcif
Situé à l’extérieur de la Vieille-Ville, il est à l’angle d’une place où taxis et bus déposent les touristes. Il bénéficie d’une terrasse en hauteur et offre du coup un joli panorama. La carte est simple mais permet de goûter la cuisine locale à bas prix, et c’est très bon !
محطة الحافلة الرصبف, Fes

Café la perle de Fès
Petit café installé tout près de la porte principale de la place Rcif, parfait pour te désaltérer en terrasse en observant la frénésie de la vie locale.
Fes

Darori Resto €€
Super restaurant dans un cadre typique, avec une carte de spécialités locales et des vins de la région. Le personnel est aux petits soins et l’accueil est très chaleureux. Sans parler de la kefta aux œufs qui était tout simplement divine ! Une adresse qu’on te recommande chaudement, même si les prix sont un poil plus élevé qu’ailleurs, mais tu ne seras pas déçu de manger dans cette ambiance.
N°2 Derb Sayour,، Place R’habet Zbib,، Rcif Médina,، Fes 30200

Al Oud
Impossible de manquer ce tout petit troquet en remontant vers la Bab Boujloud, une des anciennes portes de la Médina de Fès. Il offre une toute petite terrasse de 2 places, idéale pour nous, en plein soleil, le temps de siroter un verre après les efforts consentis pour grimper jusqu’en haut de la médina.
Rue Talaa Kebira, Fes

BOUANANIA
Ce salon de thé situé près de la Bab Boujloud offre des salons sur plusieurs étages et une large terrasse panoramique. Parfait pour déjeuner, boire un verre ou encore un thé à la menthe fraîche accompagné de pâtisseries marocaines. Le cadre est chaleureux et le personnel très agréable.
Rue Talaa Kebira, Fes 30030

Yalla Yalla
Petit snack servant une cuisine à la fois traditionnelle et moderne et des sandwichs que les européens connaissent bien. Pas très typique mais si tu n’es pas fan de cuisine locale alors l’adresse devrait te plaire avec ses revisites plutôt originales !
6 Derby Mernissi, Fès

La maison verte €€
Alors là gros coup de cœur pour le restaurant du Riad La maison verte, reconnaissable par ses céramiques couleur verte évidemment. La carte n’est pas bon marché mais le choix est large et te permettra d’allier des plats traditionnels à des vins de la région. Le personnel est hyper sympa et la cuisine vraiment bonne. Nous avons adoré manger sur les toits de Fès, et te recommandons chaudement cette adresse et ce Riad qui a l’air d’offrir des prestations exceptionnelles !
6 Derby Mernissi, Fès

Cartographie © Lepoint2départ

 


 

OÙ DORMIR À FÈS ?

La très animée place Rcif

La très animée place Rcif

Pour notre séjour de 3 jours, nous voulions être au plus proche de la Médina et des attractions principales. Notre choix s’est porté sur un Riad, une maison marocaine traditionnelle, et plus précisément sur le Riad Rcif. Il est situé au fond de la place Rcif indiquée partout dans la vieille-ville. En plus de proposer un bon rapport qualité/prix, le Riad est parfaitement placé. À l’arrivée l’accueil est chaleureux, on nous demande de remplir un bulletin d’arrivée comme la fiche de débarquement donnée dans l’avion. Il nous sera ensuite offert un thé vert à la menthe traditionnel et ses pâtisseries marocaines. Il n’y a rien à dire les marocains ont vraiment le sens de l’accueil et ça fait chaud au cœur. Ce Riad te permettra d’être proche de tout, à une centaine de mètres seulement de la Médina et des premiers marchés, et tout aussi proche des arrêts de taxis pour aller et venir de l’aéroport. Les chambres sont plutôt confortables, propres et suffisantes pour un court séjour. On regrette que la salle de bains ne soit pas plus typique, mais pour le peu de temps qu’on a passé au Riad c’était largement suffisant. Pas de piscine pour se rafraîchir mais une terrasse sur les toits, accessible depuis un escalier central. De quoi profiter d’une vue sur les toits de Fès et avoir une vue directe sur le minaret d’une des mosquées principales. Un petit déjeuner continental, inclus dans le prix de la chambre, est proposé dans le patio principal tous les matins, de quoi prendre des forces avant d’arpenter les rues de la médina. Nous avons apprécié notre séjour dans le Riad, même si nous avons trouvé le tout un poil froid, peu lumineux et manquant de charme. C’est son emplacement qui mérite qu’on t’en parle mais il y a sûrement tout aussi bien placé et plus chaleureux ailleurs dans la ville ! Réserve via Booking.com et obtiens -15 € sur ta première réservation !

 

 


BILAN DU SÉJOUR À FÈS

C’est avec un plaisir certain que nous sommes retournés au Maroc, 4 ans quasiment jour pour jour après y être allés une première fois à Marrakech. Nous avions été un poil déçus par l’affluence touristique et surtout le côté très européen de la ville. Ici, à Fès, le plaisir fut encore plus grand ! La ville est pour le moment préservée du tourisme de masse et jouit d’une Médina qui a su garder le sens des traditions. La vie locale frénétique te permettra de t’imprégner vraiment de l’ambiance marocaine et de découvrir la culture orientale dans tout ce qu’elle a de plus beau. En 3 jours, nous avons pu découvrir les principales attractions de la ville et nous imprégner de son authenticité. Nous avons largement préféré Fès à Marrakech et espérons qu’elle saura garder encore longtemps son ambiance de village et sa Médina qui te garantit un bon dans le temps. Ce fut une très belle découverte et à choisir c’est vraiment à Fès que nous retournerions.

 

 

Tu as aimé cette destination et tu veux la partager ?
Épingle cet article sur Pinterest et retrouve-nous ici sur Pinterest.com/lepoint2depart

Survole l’image pour l’épingler

Tu devrais aussi lire

2 commentaires

L&T 2 juin 2019 - 21 h 36 min

Un voyage qui a l’air dépaysant. L’architecture est magnifique (et vos photos également!)

Répondre
Lepoint2départ 3 juin 2019 - 9 h 33 min

Merci beaucoup c’est très gentil, c’est en effet une très jolie ville, moins connue au Maroc mais tout aussi intéressante et dépaysante ! Merci pour ton commentaire 🙂

Répondre

Laisse un commentaire

 

Lepoint2départ utilise des cookies pour vous garantir la plus jolie des expériences sur le site. Si vous souhaitez continuer à naviguer sur ce blog, vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus